Chirac et les emplois fictifs de la ville de Paris

abonné à médiapart je m'en réjouissais jusqu'à ce que j'entende monsieur E. PLENEL, pour lequel j'ai par ailleurs beaucoup de respect, s'exprimer sur un média télévisuel pour dire qu'un simple "rappel à la loi" pourrait de son point de vue suffire à l'encontre de monsieur Chirac pour l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

 

Quelle déception ! je ne vous le cache pas. Alors il y a bien en droit une caste des intouchables. Pourquoi ne ferait-on pas un rappel à la loi pour ces vieux que j'ai vu en prison, en déchéance total, et qui mourront en prison à 70, 75 ans et plus car leur vie ne compte pour personne et leur corps est défait. Et bien mon problème c'est que la vie de monsieur CHIRAC (déchéance feinte ou pas!) n'est à mes yeux pas plus importante aujourd'hui que celle de ces pauvres bougres et cette "amnistie" juridique m'exaspère. Et quoi ! il a payé ?. Pour obtenir justice aujourd'hui il suffit de payer. Mais vous qui revendiquez la république. Quelle est-elle ?

Vous voyez j'ai été déçu car pour moi Médiapart est de ceux qui ne lâchent rien sauf à obtenir des éléments tangibles pour changer d'avis. Je n'ai pas de haine de Chirac, c'est seulement un escroc qui vous fait pitié aujourd'hui parce qu'il cotoie la sénilité...comme tout le monde ai-je envie de dire...mais il doit payer pour ces fautes un point c'est tout. Et si nous parlions du scandale des pièces jaunes de madame et de son petit judoka député.

Alors monsieur Plenel vous m'avez déçu mais je garde espoir que médiapart en cette période électorale garde la tête froide et ne vende pas son âme "car il en a une" au diable.

Dans son intérêt "moral" Chirac doit rendre compte de ses actes à la justice qui elle et seulement elle dira s'il est coupable ou non. Monsieur DELANOE en acceptant le paiement pour compte de tout solde sur les emplois fictifs ne s'est pas grandi loin s'en faut.

Restant à votre écoute et continuant à lire Médiapart avec intérêt.

 

Alain JEHANNE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.