Aulnay morne plaine

L'usine Peugeot d'Aulnay est menacée. Elle ne tourne déjà que partiellement. Comment en vouloir aux dirigeants de PSA ? Un grand groupe industriel engagé dans la compétition mondiale, qui cherche à conserver son indépendance à force d'innovations et de talents et qui produit de belles voitures sans sacrifier au social. Un des derniers engagé dans la délocalisation, il ploie maintenant sous le coût salarial relatif des salaires en France. Salaires à 1800 euros contre salaires à 400 euros en Slovaquie. La fermeture d'Aulnay est inevitable. La France produisait trois millions de voitures il y a dix ans. Elle en produit la moitié aujourd'hui. Comment croire que les français pourront continuer à acheter trois millions de voitures par an ? Désert industriel, faillite budgétaire et misère sociale sont au bout de l'euro. On arrête quand de se taper sur la tête avec le marteau euro ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.