HUMOUR NOIR, TERREUR GRISE, SECOURS ROUGE

Bonjour et bonsoir à toutes et tous, Merci de lire ce billet bref Bien amicalement et fraternellement

 

Giscard is Dead. Il ne fera pas un cadavre exquis.

Encore un Suffisant qui calanche d’une insuffisance cardiaque.

Cela faisait pourtant des décades qu’il vivait sans cœur. Il figurait parmi les modèles de Macron, aux côté de Kennedy et de Pétain et même pas pétaino-gaulliste.

Lui, il est en train de crever sans mourir et ce qui lui tient lieu d’existence peut durer jusqu’à l’âge de 97 ou 107 ans, au mieux de sa forme informe.

Nous prenons notre pouvoir de luisance. Nous, les Riens rieurs qui leur pourrissons bien la vie, de mieux en mieux.

 « Dans un sonnet plein de grâce, le prisonnier [le Tasse] supplie une chatte de lui prêter la luisance de ses yeux pour remplacer la lumière dont on l’a privé. » — (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, tome VI, Le Tasse).

. Mais, dans la cellule dont il est le propre geôlier, monsieur Macron se prive à souhait de toutes Les Lumières. Il macère, le Vil !

Le plus drôle est que nous ne le haïssons point. Nous le traquerons – nous, « les gens »- tant que- d’une manière ou d’une autre, la moins violente possible-  il n’aura pas été destitué ou qu’il ne se sera pas démis. Qu’il dé-ga-ge donc !

Oh, nous ne parlerons pas, quant à nous, de « Rupture avec le capitalisme »[1] ou « avec la politique capitaliste des gouvernements successifs ». Les plus anciens d’entre nous ont connu cette façon jésuite de nous détourner de l’action de masse pour renverser la bourgeoisie et favoriser l’avènement de la République des travailleurs (selon la formule de Léon Blum le 12 février 1934, sous la poussée de la Grève totale contre les fascistes et le gouvernement de sabreurs)     

Mais, l’heure n’est pas à la tactico-stratégie, l’heure est au long travail de deuil en dommage à Giscard.Ca peut prendre tout de même cinq minutes, dans un rade ou dans les vestiaires à la tombée du boulot. Jean-Pierre Raffarin en a le cœur gros ! Bokassa 1er est dévasté de chagrin. Angela Merkel vient de perdre un ami. Drucker nous confie qu’il était démoralisé et déprimé sur le tard. Le sieur Rascal Pro de s’exclamer « c’est la dernière fois que la France fut grande ! ». Que dire ? Il aimait le tour de France, il était auvergnat. Voici ce que nous pouvons mettre à son actif. Notre homélie ne saurait pourtant s’arrêter là : hélas, nous ignorons qui a tué l’ancien ministre de Pompidou, Joseph Fontanet, le 1er janvier 1978. Nous ignorons qui a suicidé le ministre ancien résistant Robert Boulin, retrouvé mort dans une flaque d’eau, le 30 octobre 1979. Non, ce n’est pas Vincent Cruise ni Alex Benalla, ni Paul Bismuth ! Et n’en rajoutons pas avec les avions renifleurs et autres chiens de chasse à courre ailés ! En fait, bien involontairement, les media mimétiques sont bien plus assassines que nous en identifiant Giscard à Macron sur certains signes extérieurs de bassesses.

Giscard, lui, savait écrire, il était plutôt fin lettré. On n’oublie pas que ces mêmes media avaient identifié Jupiter à Macron. Nous n’avions jamais pensé, jusqu’alors, que Jupiter eusse été une crevure antique doublé d’un populiste snobinard !

Allez, cette fois, nous apprenons que nous allons écoper d’un jour de Deuil national mais, chichement puisque ça tombe un mercredi, foi de Blanquer de veau. Ah, la vache !

Dans un de ses rares instants de sincérité pure, il balance que VGE est une "figure centrale de l'histoire de notre République". Tout ça, sans le brancher ! 

Ça la fout un peu mal pour de Gaulle et Mitterrand, non ?…

Mais, il est temps de laisser reposer le Calanché. On a toute la vie pour devenir nostalgique, n’est-ce pas ?

Pas au point d’oublier qu’à Strasbourg, samedi dernier, un petit commando de nazillons a fait le taf de la Police démontée en chargeant les manifestants. La riposte de masse aux nazis a été prompte : ces nazes ont pris la fuite sous une pluie de coups fins. Ce n’est ici qu’un aspect de la Terreur grise en France à grand renfort de FDP [Forces de Police] confrontées de plus en plus au Secours Rouge croissant.           

 A suivre

 

[1] Rupture avec le capitalisme : formule de François Mitterrand à Epinay 1971

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.