LES CRIS SANS THÈMES D’UN DICTATEUR TARÉ

Merci de nous lire ou de nous survoler. Vous pouvez aussi nous partager sur les réseaux. Tout bien à vous, à vos proches. Fraternellement vôtre

Contenu

LES CRIS SANS THÈMES D’UN. 1

DICTATEUR TARÉ. 1

Fracture entre pouvoir et société civile. 1

France : désindustrialisation maxima. 2

Economie française : la tare originelle de Vichy. 3

La mobilisation contre la loi sécurité globale et ses suites. 4

Macron parle ou : 25 minutes de « mort relative ». 4

 

 

Entendez-vous le soupir ténu de ces femmes de 75 ans au moral dévasté par les Masques, à l’heure de la promenade, dans cette prison à ciel ouvert ?

Entendez-vous ces femmes de 90 ans qui ne peuvent voir leurs enfants qu’une fois par semaine et dorment si souvent comme pour oublier le sort qui leur est froidement jeté ?

Entendez – vous ces travailleuses qui ne trouvent plus le sommeil ?

Voyez-vous ces gens d’armes au visage flouté ?

Entendez –vous le train de la dictature qui crisse avant de dérailler ?

 Pour le vote de la Loi Sécurité Globale, 182 députés ont voté seulement. Parmi eux, seuls 24 députés ont voté contre. Ainsi, moins de 32% des parlementaires de l’Assemblée nationale étaient présents, ce qui pour un vote de cette importance, est lamentable. En même temps, dans la logique de la Corruption, c’est chose banale.

La Corruption est un rouage indispensable de la Machine d’État démantibulée. Les Corrupteurs s’assurent ainsi Honneur et Fidélité de leurs vassaux. Les corrupteurs étant les premiers corrompus.

Fracture entre pouvoir et société civile

Quant à la fronde de nombreux journaux écrits et audiovisuels, elle est le marqueur de la fracture ouverte entre les Gouverneurs de la France et la Société civile. Des personnalités qui seraient un échantillon de la Société Civile ont diffusé un appel : Monsieur le Président, nous n’avons pas voté pour ça, dont nous livrons un extrait

 

Les projets de lois dites « Sécurité globale » et « Séparatisme », devenue « Loi confortant les principes républicains », font en effet reculer les libertés d’information, d’opinion, de croyance, d’éducation, d’association, de manifestation et de contestation. Toutes celles et tous ceux qui défendent ces droits le disent et s’en alarment, de la Commission consultative des droits de l’homme à la Défenseure des droits, sans oublier les organisations internationales.

Monsieur le Président, laisser faire cette atteinte à nos libertés et à nos droits, c’est installer ce dont l’extrême-droite néo-fasciste rêve : un État autoritaire où l’État de droit devient un État de police, criminalisant les mobilisations de la société et certaines revendications populaires. Si vous n’empêchez pas cette perdition, vous porterez la terrible responsabilité historique d’avoir fait la courte échelle aux idéologies mortifères contre lesquelles vous avez été élu [1]

 

Parmi les Signataires :


Michel Broué, mathématicien
Hélène Cixous, écrivaine
Constantin Costa-Gavras, cinéaste
Ariane Mnouchkine, metteur en scène de théâtre
Lilian Thuram, Président de la Fondation Éducation contre le racisme
Cédric Villani, député, médaille Fields

 

Reste que la société civile est composée aussi et - pas pour une part négligeable ! -par les grévistes du vote du 07 mai 2017. Chacune et chacun pouvait comprendre qu’au libéralisme économique devait logiquement répondre une politique policière et des lois de Police.

 Aussi, lors de la première manifestation anti – Loi Sécurité globale, le carré de députés mélenchoniste a été conspué[2] (ce carré de tête représente peu ou pas la majorité des 17 députés insoumis).

En même temps, les questions économiques sont en passe de devenir un sujet tabou. Et, pourtant !

 

France : désindustrialisation maxima

Dans le journal La Bourse au quotidien, pas plus tard que la semaine passée, nous lisons :

« Publié en fin d’année dernière, un sondage de la National Association for Business Economists (NABE)* révélait qu’une majorité d'économistes prédisait une récession en 2020.

[…]

Les Bourses mondiales ont quant à elles littéralement sombré au début du printemps, ce qui a également donné des idées à certains puisque l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) a fait état d'une augmentation conséquente du nombre de particuliers ayant ouvert un PEA. [3]»

[Le PEA est un Produit financier : Plan d'Epargne en Actions (PEA) pour investir en bourse et acheter des actions cotées ou des titres de PME[4]]

Voilà qui confirme, si besoin était, que les chocs boursiers n’ont pas attendu l’épidémie et ont grandement favorisé la mutation de l’épidémie Covidéenne en Pandémie.

La France comme État est, avec l’Angleterre, la Nation qui a le plus pâti de la crise économique ; elle détient le record européen de délocalisations industrielles.[5]

 

« «La France affiche depuis 2000 la performance la plus médiocre des pays d’Europe de l’Ouest, avec une désindustrialisation marquée», écrit France Stratégie » rapporte Jérôme Lefilliâtre dans Libération, ce 19 novembre.

« «La France est devenue l’économie la plus désindustrialisée du G7, avec le Royaume-Uni», explique France Stratégie. Depuis 1980, les branches industrielles ont perdu 2,2 millions d’emplois et la part de l’industrie dans le PIB a reculé de 10 points pour chuter à 13,4% en 2018. Ce n’est pourtant pas une fatalité : cette année-là, l’Allemagne caracolait à 25,5%, l’Italie à 19,7% et l’Espagne à 16,1%. »

[France Stratégie une institution autonome placée auprès du Premier ministre, France Stratégie contribue à l’action publique par ses analyses et ses propositions…[6].]

C’est dans ces conditions économiques désastreuses que l’Etat Français s’accroche au Covid comme à une bouée de sauvetage ; ce que nous n’avons cessé de répéter au fil des points du jour et chroniques. Tout comme nous avons répété que l’État d’urgence sanitaire n’existe pas en droit français. En guise de « stratégie économique », nous avons eu droit au Rapport Gallois qui a été assujetti au CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) qui était la façon à Hollande de s’attaquer en 2013 à son « ennemi, la Finance ». En clair : « pas de compétitivité, pas d’emploi » Et, à défaut des thunes, des thunes et encore des thunes pour les capitalistes et les banquiers. Avec le Covid et sur les fonds de l’UE, des centaines de milliards pour le CAC 40.

 

Economie française : la tare originelle de Vichy

L’Etat français se distingue de tous les autres pays d’Europe continentale sur un point : Cet Etat, vaincu en 1940, s’est maintenu au fil de l’eau en devenant le Vassal de l’Europe hitlériste. De là viennent l’essentiel de ses tares économiques.

La French Republic, n’ayant pu annexer la rive gauche du Rhin en 1945, est en retard sur le marché européen et étasunien ; ce retard ne sera jamais rattrapé jusqu’à aujourd’hui. D’autant que la France déchue sera aux prises avec la guerre en Indochine et en Algérie.

L’union européenne des trusts et des banques est, avec le commerce des armes, sa seule planche de salut.

Les yéménites sont sur le grill atroce, sous les bombes et sous l’empire de la Faim.

En Orient, aucun État  d’Europe n’est plus haï que l’État français !

En France, tout le monde déteste Macron et le pouvoir !

 Les media de Vincent Bolloré et Patrick Drahi peuvent faire reluire une cote de popularité de 43% pour Macron, cela ne fait rien à l’affaire. Tout dépend d’un panel de plus en plus rabougri. Tant et si mal pour eux que des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, sous les lacrymos à deux reprises pour l’abolition de la loi Sécurité globale, adoptée par un petit tiers des députés (voir plus haut).

La mobilisation contre la loi sécurité globale et ses suites  

La mobilisation issue de pétitions spontanées a interpellé l’ONU quant au danger grave et imminent pour la Liberté de la Presse. L’ONU a alors contré l’État français. Par ricochet, la Commission de Bruxelles a dû réagir :  

« La Commission [Européenne] s'abstient de commenter des projets de loi, mais il va sans dire qu'en période de crise, il est plus important que jamais que les journalistes puissent faire leur travail librement et en toute sécurité », a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'exécutif européen, Christian Wigand. « Comme toujours, la Commission se réserve le droit d'examiner la législation finale afin de vérifier sa conformité avec le droit de l'UE », a-t-il ajouté.

      « Nous suivons la situation de près » [7]

Dans le même temps, les responsables de la quasi-totalité des rédactions de France et de Navarre sont montés au créneau :

Responsables de rédaction, nous nous inquiétons de la volonté du ministre de l'intérieur, Gérald Darmanin, de porter atteinte à la liberté de la presse dans le cadre des manifestations. La volonté exprimée d'assurer la protection des journalistes revient à encadrer et contrôler leur travail. Ce dispositif s'inscrit dans un contexte particulièrement inquiétant avec la proposition de loi sur la "sécurité globale" qui prévoit la restriction de la diffusion des images de policiers et de gendarmes.

Les journalistes n'ont pas à se rapprocher de la préfecture de police pour couvrir une manifestation. Il n'y a pas d'accréditation à avoir pour exercer librement notre métier sur la voie publique.

Nous refuserons, pour cette raison, d'accréditer nos journalistes pour couvrir les manifestations.

Nous réaffirmons notre attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et serons vigilants pour qu'elle soit préservée.

* Les signataires : 20 Minutes, AFP, BFMTV, Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo, CNews, Courrier international, Europe 1, les rédactions de France Télévisions, le HuffPost, La Croix, La Croix Hebdo, La Vie, LCI, Le JDD, Le Pèlerin, Les Echos, L'Express, Le Figaro, Le Figaro Magazine, Le Point, Le Monde, Le Parisien/Aujourd'hui en France, Libération, L'Obs, M6, Marianne, Mediapart, Paris Match, Politis, Slate, Télérama, les rédactions des antennes de Radio France, RMC, RTL, TF1, L'Alsace, Le Bien public, Le Dauphiné libéré, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, L’Est républicain, Le Journal de Saône-et-Loire, Le Progrès, Le Républicain lorrain, Vosges Matin, la Nouvelle République du Centre-Ouest, Centre-Presse,  La Montagne, La République du Centre, L'Eveil de la Haute-Loire, L'Echo républicain, L'Yonne républicaine, Le Berry républicain, Le Populaire du Centre, Le Journal du Centre, Le Pays roannais, La Ruche, Le Régional de Cosne, La Gazette de Thiers, La Voix du Sancerrois, Le Courrier du Loiret, L'Eclaireur du Gâtinais, Le Journal de Gien, L'Eveil Hebdo, le Journal de la Haute-Marne, la Provence, la Marseillaise, Sud-Ouest, La République des Pyrénées, L'Eclair, Charente libre, Dordogne libre.

Ce samedi 21 novembre, les Gilets jaunes ont été partie prenante de la manifestation.

Nous sommes maintenant le mardi 24 novembre.

Avant le jour, sur ordre du pouvoir en place, un campement improvisé de réfugiés sur la Place de la République, a été évacué manu-militari par des FDO. Là encore, des journalistes ont été entravés.

 

Macron parle ou : 25 minutes de « mort relative ».

 Puis, à 20 heures, le chef de l’État apparaît. Il va soliloquer pendant 25 minutes de « mort relative » comme aurait dit Marcel Aymé. Nous sommes rodés à son exercice, depuis le temps, plus qu’il ne l’est lui-même. On dirait l’un des apôtres tombé de l’Horloge astronomique de Strasbourg, un apôtre intrus. Force-t-il l’inexpression de sa hure pour ne pas prendre de rides ? Même pas !

Sa vacuité est inscrite dans cette absence de traits du visage. Le voici, répétant que nous devons nous laver les mains, que les artisans n’aspirent qu’à se lever tôt, sans qu’aucun avenir ne leur appartienne jamais.

Nous allons écoper d’un Comité scientifique, d’une Haute autorité de la Santé et - serait-ce pour complaire à François Ruffin ?- d’un Collectif de citoyen. Comme disait Georges Clémenceau : « Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission ». Sir Emmanuel Macron, lui, s’enterre sous les commissions aux fins de diluer les responsabilités, de doubler les services ministériels ou de les court-circuiter. Le message est inchangé : si la confinerie devait perdurer, ce sera de votre faute à vous, les gueux qui ne respectez pas scrupuleusement les consignes que je vous prescris, qui n’aérez pas assez les pièces de votre bicoque et ainsi de suite. Sans oublier les masques ! Hélas, les gousses d’ail, ça ne marche pas avec le Covid et face aux vampires, c’est pas prouvé.

Et puis, ce monologue ne pouvait pas aller sans le couplet contre le Complotisme et le Relativisme… et sans l’annonce de la « nationalisation » du Couvre-Feu. [8]

 

Qui interviendra pour la levée du couvre-feu ?

Qui insistera pour l’arrêt total de l’Etat d’urgence sanitaire ?

Qui militera pour l’abrogation totale de la loi « Globale » liberticide ?

Des dizaines de milliers de Gilets Jaunes, d’Antifas, de « Nantes révoltée », d’Anarchistes, d’anonymes avec la majorité de la population des villes et des campagnes !

 

 

[1] https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/221120/monsieur-le-president-nous-n-avons-pas-vote-pour-ca?utm_source=20201122&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[QUOTIDIENNE]-20201122&M_BT=26865504388

[2] https://twitter.com/i/status/1328832504116236290

[3] https://signups.labourseauquotidien.com/X990W624?utm_source=native&utm_medium=taboola&utm_campaign=X990W624_BAQ+-+Crise+financiere+WP+-+Mobile+-+062020&utm_term=1225226-ntp.msn.com&utm_content=%5BCrise+financi%C3%A8re%5D+Quelles+actions+acheter+en+ce+moment+%3Fhttp%3A%2F%2Fcdn.taboola.com%2Flibtrc%2Fstatic%2Fthumbnails%2F6c81c23487aab6bb517b62d08d59a06d.jpg&tblci=GiDTNL3la5zYJ1d2KdVpFaiZFP_Y6ofDWciwgMazevKiVCC2gj4#tblciGiDTNL3la5zYJ1d2KdVpFaiZFP_Y6ofDWciwgMazevKiVCC2gj4

[4] https://droit-finances.commentcamarche.com/contents/985-pea-fonctionnement-du-plan-d-epargne-en-actions#definition

[5]    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/l-industrie-fran%C3%A7aise-d%C3%A9croch%C3%A9e-un-mal-qui-vient-de-loin/ar-BB1baGpJ?ocid=msedgntp

[6] https://www.strategie.gouv.fr/

[7] https://www.leparisien.fr/politique/loi-securite-globale-l-europe-rappelle-a-la-france-que-les-journalistes-doivent-pouvoir-travailler-librement-23-11-2020-8409914.php?xtor=EREC-1481423472&utm_medium=email&utm_source=internal&utm_campaign=newsletter_politique&_ope=eyJndWlkIjoiMTVjN2FlNDcyYzk2OTVkMTNhMjU2ZWU5ZGM1MDEzMmEifQ%3D%3D

[8] www.france.tv/france-2/allocution-du-president-de-la-republique-emmanuel-macron/2118921-emission-du-mardi-24-novembre-2020.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.