LA PRISON OU LA SANTÉ

C’est reparti ! La prison hexagonale à ciel ouvert !
Les mass media se chargent de nous donner le mode d’emploi du confinage et de ses attestations.
Le mot Santé est banni du langage officiel.
Macron a fait mine de résister aux mesures annoncées par Castex car il a peur que ces mesures précipitent la crise sociale.
Or, justement, les ministres relancent le confinement pour empêcher la crise sociale.
Et la santé, alors?

La marche forcée au « tout ambulatoire » passe maintenant par les TGV sanitaires pour déporter des malades de la région parisienne ailleurs, loin de leur famille.

Ce n’est pas nouveau mais de plus en plus systématique.

Ça doit faire une belle jambe à monsieur Faure et à messieurs Martinez- Veyrier.

En revanche, les conseillers CGT- Santé qui siègent au conseil d’administration de la CNAM font plus que s’en préoccuper. Nous publions leurs billets en annexe à ce Pdj.

La santé ? Ce n’est pas ce qui hante le ministre de l’Intérieur Darmanin.
Pris dans sa spirale anti- musulmane, il finit par émettre des bouffées judéophobes.
Monsieur Darmanin est devenu un écrivain, un penseur, ce qui donne :
« Dans les extraits publiés en photo, Gérald Darmanin décrit la politique de Napoléon qui « s’intéressa à régler les difficultés touchant à la présence de dizaine de milliers de juifs en France. Certains d’entre eux pratiquaient l’usure et faisaient naître troubles et réclamations », écrit le ministre de l’Intérieur.
Un peu plus loin dans l’ouvrage, il cite une lettre du 22 juillet 1806 de l’empereur des Français destinée à son propre ministre de l’Intérieur : « Notre but est de concilier la croyance des juifs avec les devoirs des Français et de les rendre citoyens utiles, étant résolu de porter remède au mal auquel beaucoup d’entre eux se livrent au détriment de nos sujets. » Gérald Darmanin félicite cette « lutte pour l’intégration avant l’heure. »1

La gauche institutionnelle n’ a pas relevé ces propos antisémites d’Etat.

1 Gérald Darmanin accusé d’antisémitisme pour son livre sur « le séparatisme islamiste » (msn.com)

Avec la droite et le pouvoir, cette gauche préfère s’ appliquer à fustiger l’UNEF et exige de ce syndicat étudiant qu’il répudie les stages réservés aux noirs et aux arabes.

Cette gauche « inclusive » qui saluait groupes et commissions où les hommes n’étaient pas conviés.
Oui, les politiques veulent que les syndicats soient leurs courroies de transmission…

es hommes politiques labellisés produisent un effet révulsif sur un très grand nombre d’habitants qui font régulièrement la grève pure et simple du vote.

A suivre

ANNEXE : BILLET DUR – Professeur C. Prudhomme

Billet dur : TGV sanitaire ?


Publié mars 16, 2021mars 16, 2021 Cgt CNAM

Le billet d’humeur des conseillers Cgt qui siègent au Conseil de la Cnam. Retrouvez les chroniques de Christophe Prudhomme, médecin au Samu 93 et conseiller Cgt au conseil de la Cnam sur le site du journal L’Humanité.
Le gouvernement communique à tout va sur les transferts de malades de l’Ile-de-France vers d’autres régions et nous ressort ses TGV sanitaires.
Si nous avons bien une augmentation régulière du nombre de malades en réanimation, les chiffres n’ont rien d’affolants
Si ce qui est par contre anormal est que la région capitale ne soit dotée que de moins de 1 200 lits de réanimation pour 12 millions d’habitants.
Les urgentistes dénoncent cette faiblesse depuis l’épisode de la canicule en 2003 : en effet, chaque hiver, chaque été, chaque période de vacances, chaque long week-end, bref quasiment toute l’année, nous manquons de places en réanimation.
Alors deux questions se posent. Pourquoi depuis l’an dernier, aucun lit supplémentaire n’a été créé ?
La raison en est que le gouvernement ne veut pas changer sa posture idéologique sur le fait qu’il faut continuer à fermer des lits pour basculer vers le fameux « tout ambulatoire ».
En pleine épidémie, les projets de restructuration se poursuivent en région parisienne, sans remise en cause des fermetures d’hôpitaux annoncées (Bichat, Beaujon, Hôtel-Dieu, Raymond Poincaré à Garches et Jean Verdier à Bondy).
Les chantiers se poursuivent comme à l’Hôtel-Dieu, non pas pour rénover les locaux et ouvrir des lits mais pour préparer l’arrivée d’une galerie commerciale de luxe.
La deuxième question est la suivante : pourquoi transférer des malades plutôt que de déplacer du personnel pour ouvrir des lits dans des locaux existants et disponibles ?
Pour la même raison, à savoir qu’un fois ces lits ouverts il sera difficile de les fermer. D’autre part, pour organiser une agitation médiatique permettant d’évacuer le vrai débat à savoir le manque de lits et le retard sur la vaccination.
Par ailleurs, ces évacuations sanitaires sont très difficiles à organiser, présentent des risques pour les patients, sont très chronophages et consommatrices de personnels.
Et pour quelle efficacité ? Le week-end dernier, 6 patients ont été évacués ! Il est urgent d’arrêter ce grand cirque afin de prendre des mesures de bon sens et plus adaptées tant pour les patients que pour les personnels.
Dr Christophe Prudhomme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.