Alain bousquet
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2013

La réaction ne voyage pas en roulotte !

Alain bousquet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle est là, surgie d’un malentendu ou d’un climat bien trop tendu. La malveillance généralisée est l’arme politique la plus rependue. Les poubelles des commissariats de police sont intarissables  d’informations fétides jusqu’à écœurement…

N’avez vous donc pas gouté la vague surabondamment pimentée de la biographie en 12 volumes de la famille de cette pauvre enfant  appelée Léornarda ?

 La voilà démultipliée, l’histoire pourtant simple de la misère,  comme s’il ne suffisait pas de subir le sort d’une vie d’errance et de traque, voilà la cohorte  des gens affables. La cruauté qui se répand des insanités dont on accable cette famille  est une soupape indispensable pour soulager les aigreurs  contenues d’une société entièrement à la dérive.

Elle se cache derrière les rideaux de la fermeté et de l’humanité, le sort de ces malheureux permet aux imbéciles de réaffirmer leur dogme : à la fête de la vie bonne, il n’y a pas de place pour tout le monde !

Voilà  l’exactitude du message délivré : petit et minuscule comme une France qui appartiendrait aux français, chétif, court, réduit, sommaire, succinct comme un ministre de l’intérieur rabougri et rétréci  de l’idéal républicain qu’il a abandonné en devenant la star des sondages !

Voilà exactement  comment voyage la bêtise immonde, demain ils seront  une écrasante majorité à approuver la fermeté du ministre de l’intérieur. Qui donc pourrait défendre celui qui bat ses enfants, celui qui achète des faux papiers à Paris ? Celui qui  celui qui….

Celui  qui misère entre rapine et carton, celui qui joue de l’accordéon à la terrasse de mon café mérite la fermeté. Les 60 milliards de fraude fiscale annuelle ne méritent pas la même traque policière.

Dérisoire tam-tam médiatique qui organise la campagne continue du Front National, imperceptible bouleversement des valeurs qui voit des femmes et des hommes dits de gauche se tordre jusqu’à l’occlusion pour justifier la maudite politique de la chasse à l’étranger.

Leur mesquinerie lilliputienne qui consiste à détourner les   effets dévastateurs des politiques libérales  sur la  présence des ces  dix sept mille malheureux est l’élément   déterminant d’une vaste reconquête idéologique de l’extrême droite !

Cette incroyable propagande continue est la première ligne d’une bataille contre le peuple qui a déjà commencée.

Pour la première fois dans l’histoire du mouvement socialiste le parti qui porte ce nom attachera à son histoire le recul de l’âge du départ à la retraite, mais aussi la baisse des salaires (c’est ca, que veut dire la propagande sur le coût du travail), mais ce n’est pas tout,  il devra assumer aussi que de turpitudes en lâcheté, un gouvernement de la « gauche »  aura mis en œuvre la traque d’enfants  « inassimilables »

Voilà pourquoi Leonarda fut  harponnée à son activité scolaire, extraite par la force à son destin de Citoyenne !

Lorsque la réaction redouble d’efficacité, elle qui n’a  jamais supporté la souveraineté populaire, elle commence toujours par frapper les plus faibles d’entre nous !

Ce soir le gouvernement tout entier, soutiendra son ministre de l’intérieur, Harlem Désir bafouillera une bouillie improbable et la réaction aura de nouveau fait un pas de géant…

Ceux qui ne rompent pas publiquement avec  la politique du ministre de l’intérieur  viennent d’inventer un truc formidable : le moteur à réaction !

Chassez Valls

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent