4- Destitution de l'emblème démocratique, ou de l'idolâtrie républicaine

Le pouvoir de nuisance de l'emblème démocratique est concentré dans le type subjectif qu'il façonne, et dont, pour le dire en un mot, l'égoïsme, le désir de la petite jouissance, est le trait crucial.

Platonicien à cet égard, il faut le dire en passant, était Lin Piao, au plus fort de la Révolution culturelle, quand il disait que l'essence du faux communisme (celui qui a pris le dessus en Russie), c'est l'égoïsme, ou encore que ce qui domine le "démocrate" réactionnaire, c'est tout simplement la peur de la mort.

Bien entendu, l'approche de Platon comporte une part purement réactive. Car sa conviction est que la démocratie ne sauvera pas la cité grecque. Et de fait, elle ne l'a pas sauvée. Dirons-nous que la démocrtaie ne sauvera pas davantage notre fameux Occident ?

Oui, nous le disons, sauf à ajouter qu'alors nous voici revenus à l'antique dilemne : ou le communisme, par des voies à réinventer, ou la barbarie de fascismes eux-mêmes réinventés. Les Grecs, eux, ont eu les Macédoniens, puis les Romains. La servitude en tout cas, et non l'émancipation.

Platon, lui, en vieil aristocrate, se tourne vers des figures (une aristocratie militaire à formation philosophique) qu'il suppose avoir existé, mais qu'en réalité il invente. Sa réaction aristocratique propose un mythe politique.

Cette question du réactif maquillé en nostalgie, nous en connaissons des variantes contemporaines. La plus frappante est, chez nous, l'idôlatrie républicaine, si répandue dans notre petite bourgeoisie intellectuelle, où fait florès l'invocation de "nos valeurs républicaines".

De quelle "république" se nourrit cette invocation ? Celle qui s'est créée dans le massacre des communards ? Celle qui s'est musclée dans les conquêtes coloniales ? Celle de Clémenceau, le briseur de grèves ? Celle qui a si bien organisé la boucherie de 14-18 ? Celle qui a donné les pleins pouvoirs à Pétain ?

Cette "république" de toutes les vertus est inventée pour les besoins de la cause : défendre l'emblème démocratique dont on sait qu'il pâlit dangereusement, tout comme Platon, avec ses gardiens-philosophes, croit tenir haut levé un drapeau aristocratique déjà mangé aux mites. C'est bien la preuve que toute nostalgie est la nostalgie de quelque chose qui n'a pas existé.

à suivre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.