alain coulombel
Porte Parole National d'EELV
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2018

L’Europe doit engager la «guerre» contre le réchauffement climatique

A quelques mois d’échéances électorales importantes, alors que le projet européen est en panne, l’urgence nécessite d’engager notre continent dans une « guerre » contre les dérèglements climatiques.

alain coulombel
Porte Parole National d'EELV
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On n’aura jamais autant parlé, ces dernières semaines, du réchauffement climatique. De Montréal à Lisbonne, de Los Angeles à Stockholm, d’Athènes à Paris, toutes les grandes métropoles mondiales s’alarment du « temps » qui se dérègle. Jusqu’à évoquer la crainte d’un effondrement massif et hors de contrôle du système climatique terrestre.

La collapsologie (de collapsus « qui est tombé en un seul bloc »), cette discipline qui étudie l’effondrement de notre civilisation industrielle, sort progressivement de son isolement, tandis que la chimère de l’Accord de Paris commence à s’effacer. Au regard des tendances observées actuellement, concernant l’émission des gaz à effet de serre (GES) ou la prédation sur les ressources, plus personne ne croit sérieusement possible de limiter la progression des températures à moins de deux degrés. Alors que faire face à ces perspectives ?

A quelques mois d’échéances électorales importantes, alors que le projet européen est en panne, l’urgence nécessite d’engager notre continent dans une « guerre » contre les dérèglements climatiques. En effet, comme dans une économie de guerre nécessitant des pratiques et une mobilisation exceptionnelles (contrôle de la politique monétaire, recherche de l’autarcie au niveau des produits de base, réduction de la consommation énergétique…), toutes nos forces, humaines, financières, organisationnelles, technologiques et  scientifiques, doivent être tournées vers un seul objectif : préparer les européens (l’humanité toute entière) à des conditions d’habitabilité terrestre dégradées. A cet égard, la diminution des ressources en eau potable, la stérilisation des sols, les villes asphyxiées ou l’apparition de nouvelles épidémies, sont déjà pour de nombreux contemporains, la seule réalité.

Il s’agit donc bien de nous préparer collectivement à un changement d’échelle qui impactera notre mode de vie. Car comme l’indique le climatologue Jean Jouzel : « Si on dit en Europe que notre mode de vie n’est pas négociable, on y arrivera pas, c’est clair ». Pour le dire autrement, comme il n’y a pas eu de mondialisation heureuse, il n’y aura pas de transition écologique sans restrictions et limitation de nos besoins. Nous devons défendre, à l’échelle de l’Europe, une économie basée sur le rationnement de nos ressources (comme par exemple la mise en place de quotas individuels de carbone et d’énergie), sur l’utilisation de technologies simples (les low tech ou basses technologies, facilement réparables et localement disponibles), la planification des investissements et la sortie du mythe de la croissance qui occulte et nie la gravité de la situation.

Or rien dans les priorités actuelles de l’Union Européenne ne va dans ce sens. Pire, le choix des mécanismes de marché et de la concurrence, de l’Euro fort ou de l’orthodoxie budgétaire, ne font que renforcer les déséquilibres, quand il faudrait ralentir les flux de biens et de services, réduire la place de la consommation, préserver les sols plutôt que les marchés financiers, diminuer les échanges touristiques qui représentent 8% des émissions de GES dans le monde…C’est pourquoi les élections européennes doivent être  l’occasion, pour les écologistes, de marteler cette évidence : nous sommes engagés dans une course de vitesse et il n’y aura pas d’adaptation régulée (non chaotique) à la crise climatique sans un profond réajustement de notre mode de vie, de nos priorités et de nos comportements. De quoi redonner du sens et une légitimité nouvelle au projet européen.

Alain Coulombel (Secrétaire National Adjoint d’EELV)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre