La phlogistique et l'autisme

La théorie du phlogistique est une théorie scientifique obsolète concernant la combustion

La théorie affirme que tous les matériaux inflammables contiennent du phlogiston, une substance incolore, inodore, impondérable qui serait dégagée en brûlant. Une fois brûlée, la substance « déphlogistifiée » apparaîtrait sous sa vraie forme. Plus un corps contient de phlogistique, et mieux il brûle.Ainsi, quand l'oxygène fut découvert par Joseph Priestley, ce dernier le baptisa « air déphlogistifié », capable de se combiner avec plus de phlogistons et pouvant ainsi brûler plus longtemps que de l'air « ordinaire ».

La théorie phlogistique est devenue caduque après la découverte de l'implication de l'oxygène de l'air dans le processus de combustion par Antoine Laurent de Lavoisier au xviiie siècle.

En parlant avec un ami scientifique du rôle des théories et plus particulièrement des théories concernant l'autisme, il me fit part de quelques réflexions au sujet des objets théoriques "provisoires" qui occupent parfois un siècle et qui prennent congé brusquement, sans trop s'excuser et sans laisser de traces ou presque. Cet ami voulait signifier qu'il fallait bien prendre son mal en patience... Et que l'autisme, comme le phlogistique, laisserait un jour la place et cesserait d'obscurcir par son ombre portée le champ de la réflexion en psychiatrie. Peut-être qu'un jour viendra où l'autisme fera partie des "encombrants" de la pensée.

Les quelques lignes au dessus sont prises chez wiki.

Pour le reste, c'est une simple comparaison qu'il peut être utile de méditer...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.