Le "Monde" émerveillé par un docteur

Mitterand, Pinault, Depardieu, on nous l'annonce depuis la couverture du "Monde" supplément du week end, ont été, sont, seront bien soignés, surtout en fin de vie, par le docteur Tarot. Ca fait la couverture !

Quand on lit l'article "de fond" du canard en question on s'aperçoit que ces gens-là, grand bien leur fasse, sont finalement traités de manière humaine, c'est à dire de la façon dont tout le monde aimerait être traité. C'est à dire que le privilège de quelques uns, assuré par un docteur, un scout toujours prêt, au lieu de constituer le motif d'une réflexion à propos de la cruauté réservée aux malades ordinaires, constitue pour "Le Monde" l'occasion d'un émerveillement très 19° siècle à propos de la disponibilité d'un médecin et de la puissance de la vocation soignante. Serge July, apprend-on, est bien soigné... Bon, on est content pour lui.

Rapprochons nous tous du brave docteur Tarot sinon on finira dans la douleur nous. Pas de morphine peri durale pour les pauvres. Pas la peine, ils sont durs au mal... Verveine pour tout le monde !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.