Le débat de Médiapart foot le camp!

Le débat sur Médiapart fait rage depuis quelques jours sur les fameux quotas dans le football. En fait de débat, il s'agit plutôt d'un dialogue de sourds, les uns se positionnant sur le plan des grands principes et du combat contre le racisme alors que les autres se positionnent sur la façon dont Médiapart. Le débat pourrait ainsi durer indéfiniment, les uns et les autres ne parlant pas de la même chose.

 

Il est nécessaire pour commencer de revenir sur les faits, le contenu de cette réunion tel que nous le décrit le verbatim de Médiapart. Cette réunion a pour objectif de dessiner les grandes lignes de la politique sportive de la fédération. La première partie de cette réunion n'est pas citée dans le verbatim, mais on peut supposer qu'elle porte sur ces objectifs et des aspects techniques, notamment sur le fait de réorienter le jeu et donc la formation vers un jeu plus technique et plus vif alors que la formation actuelle privilégie davantage le physique.

Au bout de 40 minutes, la discussion en vient sur la question des bi-nationaux et c'est à partir de là que commence. Deux questions distinctes, bien différentes, sont alors discutées. D'une part, le fait que certains français, formés dans les structures fédérales, puissent opter finalement de jouer pour une autre sélection nationale, du fait de leur bi-nationalité. D'autre part, le fait que ces mêmes français soient des joueurs grands et costauds.

Sur la première question, une partie des protagonistes ressentent celà comme un problème, problème à laquelle 2 solutions sont proposées: d'une part, les fameux quotas et d'autre part suggéré par Laurent Blanc de "les aider à se déterminer". Le quota peut-elle être interprétée comme une mesure raciste? Certains diront non car elle ne porte bien que sur le critère de bi-nationalité et que par exemple les antillais de couleur ne sont pas concernés. D'autres y verront d'évidentes arrière-pensées racistes, ce qui à mon sens, ne peut être écarté non plus. A titre personnel, cette question de la bi-nationalité n'est pas un problème et il n'y a donc pas lieu d'y chercher une solution.

 

L'autre question est celle de la morphologie. Là encore, dire que les blacks sont grands et costauds tient-il du préjugé racial? Nous parlons là bien sur de ceux qui sont dans les centres de formation. J'ai voyagé en Inde où je me trouvais dans la moyenne de taille de la population et aussi au Danemark où j'étais nettement plus petit que la moyenne. Il est indéniable que les critères physiques varient d'un groupe de population à l'autre. Mais comme pour la première question, il n'est pas possible d'exclure que certains préjugés racistes soient à l'oeuvre.

 

Nous en venons maintenant au traitement de cette affaire par Médiapart et je ferai à ce sujet quelques remarques:

1. Médiapart interprète clairement les propos de cette réunion comme des propositions de discrimination sur des critères racistes, comme le montre le titre du premier article: "Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes", ce qui est tout à fait son droit.

2. A partir de ce parti-pris, Médiapart ré-interprète des propos tenus dans cette réunion ou ailleurs. Une interview de François Blaquart en février où celui-ci dit qu'il faut "privilégier l'intelligence de jeu par rapport à la technique et surtout à l'aspect athlétique" devient ainsi pour Fabrice Arfi un appel à la discrimination. Le raccourci est tellement gros que Fabrice Arfi se croit forcer de rajouter qu'il n'est plus besoin de sous-titre, sous-titre qu'il vient lui même pourtant rajouter.

3. A aucun moment, Médiapart ne fait mention du contexte pré-électoral de la FFF en ce moment et ne fait le lien avec le fait que cet enregistrement lui soit parvenu précisément dans cette période.(voir mon billet http://blogs.mediapart.fr/blog/alain-godefroy/020511/les-luttes-feutrees-de-la-fff ).

4. A aucun moment non plus, Médiapart ne donne la parole à des personnes ayant une interprétation différente de la leur et convoque seulement personnalités partageant cette thèse.

5. Avant un commentaire de Jade Lindgaard aujourd'hui, Médiapart n'avait jamais dit non plus que ce projet n'a finalement pas été mis en oeuvre.

6. Médiapart ne semble pas s'interroger non plus sur le bien-fondé de s'appuyer sur des enregistrements faits à l'insu des protagonistes.

 

Bref, plutôt qu'une enquête fouillée et rigoureuse, Médiapart nous présente ici une instruction à charge, forçant le trait de certaines interprétations et écartant toute opinion contraire. Ajoutons pour finir que la tribune d'Edwy Plenel sur le sujet ajoute une couche de moralisme auto-justificateur aux insuffisances de cette enquête. Ce mélange des genres nous emmène bien loin du journalisme d'investigation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.