Alain Godefroy
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 juin 2011

Eva, Nicolas, José et moi

Alain Godefroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes tous, adhérent-e-s et coopérat-eur-rice-s d'EELV, placés devant le choix de notre candidat à la présidentielle. Tous les candidat-e-s se doivent de porter le programme d'EELV. Notre choix n'est donc pas d'ordre programmatique, mais seulement sur le ou la personne qui portera notre programme, nos valeurs, nos convictions.
Autrement dit, nous avons à choisir l'image que nous voulons donner aux élect-eur-rice-s et à celles et ceux qui ne le sont plus, les abstentionnistes. Une image se construit auprès du public au fil des années et rien ne saurait l'effacer en quelques jours, semaines ou mois. Ainsi nous avons à choisir entre 4 images.
Celle d'Henri, militant local de toujours, qui a réussi à construire une confiance auprès de la population, a pu ainsi accéder à des responsabilités locales et mettre en place des solutions locales pertinentes et efficaces.
Celle de Stéphane, militant ô combien pugnace de tous les combats. Bien sur le nucléaire, mais aussi les OGM, les droits des sans papiers, l'accès au logement, etc...
Celle de Nicolas, qui a sans aucun doute largement contribué à alerter nombre de nos concitoyen-ne-s sur l'état de notre planète, au discours clair et facilement audible, porteur d'une écologie politique consensuelle et indolore.
Celle d'Eva, avec son accent étranger, son élocution hésitante et sa manie de nous expliquer en détail les mécanismes de cette économie financière et parallèle et de vouloir en attaquer les fondements.
Nous partageons tous l'envie de faire de la politique autrement. Cette envie se traduira aussi par le choix du ou de la candidate que nous allons faire. Allons-nous faire le choix d'un discours facilement audible ou d'un discours qui va chercher les racines des maux de notre monde? Allons nous faire le choix du jeu politico-médiatique habituel ou tenter de porter haut et fort une autre voie? Allons-nous amuser à essayer de donner la bonne réponse à Bourdin quand il demande comme en 2007 le nombre de sous-marins nucléaires à une candidate ou allons-nous répondre que nous ne voulons pas de nucléaire militaire ou civil?
José prend la position en début de semaine de soutenir Nicolas car il serait le plus à même d'élargir notre mouvement. Mais quelle est la meilleure façon d'élargir encore et toujours notre mouvement? Est-ce de jouer dans la cour médiatique ou de porter notre différence?
Mais José, combien aurions nous été à te suivre si tu avais travaillé d'une façon ou d'une autre dans une vie antérieure avec Monsanto ou été l'avocat de Torreador? Quelle image donnerons-nous si nous choisissons un candidat avec un parcours qui a jeté de telles passerelles ( référence à sa conclusion à Lille) vers ceux-là mêmes qui nous empoisonnent? Je ne doute pas que Nicolas aie sincèrement et positivement évolué sur certaines des positions qui nous importent, mais cela suffit-il pour en faire notre représentant dans cette élection?
Vous l'aurez tous compris, j'en appelle quant à moi à choisir Eva, parce qu'elle entend attaquer les vastes problèmes de nos sociétés à la racine, parce qu'elle a une connaissance profonde des mécanismes qui provoquent ces problèmes et parce qu'elle a la force de conviction, par son parcours, par son discours, de le faire entendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis