En Vendée nous demandons des moyens pour l'enseignement public

L'augmentation des effectifs d'un collège public de Vendée, dans un département où l'enseignement privé est important, mérite d'être signalé. Les personnels du collège Jules Ferry de Montaigu luttent pour obtenir des moyens supplémentaires. Voici le courrier qu'ils adressent à leur hiérarchie :

Les personn els du collège Jules Ferry, non syndiqués et syndiqués au SNFOLC, SNES, SGEN, Sud Éducation

Montaigu (Vendée)

à Monsieur le Recteur de l 'Académie de Nantes,

 à Madame la Directrice académique de Vendée,

s/c de Mme Rossignol, Principale du collège Jules Ferry,

 Le 1er juillet 2014,

 

Monsieur le Recteur,

 

Depuis 2008, nous alertons vos services sur la dégradation des conditions d'accueil, d'enseignement et de travail des personnels au collège Jules Ferry, qui fait face à chaque rentrée à un accroissement des effectifs. Désormais, nous considérons que l'établissement n'est  plus  en mesure d'assurer ses missions de service public d'éducation.

À la rentrée 201 4, nous accueillerons 902 élèves dont 255 élèves de 6ème répartis sur 9 classes, avec un effectif moyen par classe de 28,33, ce qui signifie concrètement des classes avec des effectifs à 29.

Cette situation et les réponses apportées par la DDSEN ne nous satisfont pas. C'est pourquoi les personnels, réunis en  AG, ce jour, demandent que les moyens nécessaires, en heures postes, soient attribués :

-    pour accueilli r décemment l es élèves de 6è, soit 26 élèves maximum  par  classe,  en ouvrant une classe supplémentairee ;

-   pour ouvrir une classe supplémentaire en EGPA et faire face à l'accroissement des besoins spécifiques sur le secteur.

Il est inadmissible, dans un contexte de forte attractivité économique et démographique, que des familles arrivant sur la communauté de communes de Montaigu, n'aient pas accès à leur établissement de secteur, ce qui engendre des surcoûts éducatifs importants.

Il est plus  inadmissible encore que des familles doivent inscrire leurs enfants en sixième classique, alors qu'un dossier d'inscription en EGPA a été validé, renonçant ainsi à leur droit à l'enseignement adapté.

Nous déplorons, depuis six ans, une sous-évaluation de nos besoins alors que de plus en plus de familles reconnaissent la qualité de notre travail. Nous souhaiterions, pour les rentrées futures, jusqu'à l'ouverture du nouveau collège sur l a commune de Saint-Hilaire de Loulay, des mesures appropriées qui permettent le bon fonctionnement du service public d'éducation.

Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l'expression de nos salutations respectueuses.

Les personnels et leurs organisations syndicales, SNFOLC, SGEN, SNES

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.