Alain Persat
synthéticien
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2012

Après un premier tour de présidentielles...

Alain Persat
synthéticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après 5 ans de Sarkosysme, (additionné à 10 ans d’immobilisme de Chirac)  chômage, dette, scandales, stigmatisations et dégradations de tous services  publics,  mensonges (pouvoir d’achat, république irréprochable, etc ) sans compter des atteintes sans vergogne à la constitution, les électeurs avaient le choix pour protester, de droite ou de gauche avec le risque de s’éparpiller dans  des voies différentes ou d’assurer un changement timide avec un PS qui pourtant ne semble apporter guère de nouveautés.

Alors piloté par les sondages les médias et le vote utile, les électeurs ont choisi chacun leur moins pire… Au second tour, les mésalliances fonctionnent à contre cœur, entre ceux qui veulent avant tout un chef qui les défendent (la peur est mauvaise conseillère) et ceux qui considère que le partage est redevenu nécessaire, (mais avec le pillage des financiers, plus rien à partager)  le choix reste simpliste, les reports de voix logiques mais sans conviction dans le piège de ce système de vote que nous devons changer.
Reste le plus important : les grands problèmes qui ne seront pas résolus, même pas débattus, l’économie continuera sa déliquescence et ses injustices, l’écologie  continuera de lancer des cris d’alarme dans l’indifférence générale. Le peuple sera encore plus déçu de ces politiques impuissants dans un système aux règles perverties.
Alors je suis pessimiste sur l’avenir
Tant que ne seront pas changé les fondamentaux  économiques :

  • Le droit de propriété sans devoir ni limites
  • Le prélèvement d’intérêts bancaires qui  appauvri le pauvre et enrichi le riche
  • La monnaie fiduciaire qui impose de fait une confiance obligatoire envers ceux qui la gèrent.

Tant que ne seront pas changé les fondamentaux de l'éthique :

  • Privilégier le verbe être et non celui d’avoir.
  • Choisir l’émulation et non la compétition.
  • Découvrir que notre sécurité dépend de la qualité de vie de tous nos voisins.

Tant que ne seront pas changé les fondamentaux du travail :

  • Produire des objets pour leur utilisation et non des marchandises pour leur marge
  • Produire plus dans un monde fini mène forcément à l’impasse, il faut produire mieux et moins
  • Une entreprise doit avoir une  utilité sociale, pas une rentabilité comptable.
  • Et surtout la logique de la solidarité sociale doit quitter le seul salariat pour s’appliquer à toute la commercialisation


Tant que ne seront pas changées les règles démocratiques :

  • Séparation des pouvoirs médiatiques et des pouvoirs économiques du pouvoir exécutif
  • Un engagement contractuel  et responsable des élus,  assermentés, et révocables.
  • Un réel pouvoir aux citoyens, associations, référendums,  démocratie en entreprises, séparations de pouvoirs y compris dans les instances régionales.

Oui cela fait beaucoup de changements, mais commençons déjà par un choisir au moins un ! Les autres suivront, sinon il est totalement  utopique de croire que nous pourrons continuer  comme cela sans aller vers une catastrophe majeure.

Propositions

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre