mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart lun. 8 févr. 2016 8/2/2016 Édition de la mi-journée

Une presse "éditorialisante"

Je suis scandalisé par les mensonges de Jérôme Cahuzac. Bien évidemment. Comme tout le monde. Mais, ce matin, je suis encore plus dégoûté par l'immense majorité de la presse française qui vient de donner une nouvelle preuve que le journalisme d'investigation avait laissé la place à « l'éditorialisation ». Et ce n'est pas avec ça que la démocratie avance. J'avais en effet cru comprendre que la presse, dans une démocratie au minimum normale, au mieux éclairée, ce devait être « des faits, rien que des faits ». J'ai dû me tromper...

Je suis scandalisé par les mensonges de Jérôme Cahuzac. Bien évidemment. Comme tout le monde. Mais, ce matin, je suis encore plus dégoûté par l'immense majorité de la presse française qui vient de donner une nouvelle preuve que le journalisme d'investigation avait laissé la place à « l'éditorialisation ». Et ce n'est pas avec ça que la démocratie avance. J'avais en effet cru comprendre que la presse, dans une démocratie au minimum normale, au mieux éclairée, ce devait être « des faits, rien que des faits ». J'ai dû me tromper...

Pendant des mois, TOUS les journaux, radios et télévisions ont été à la remorque de Mediapart sur cette affaire Cahuzac. Chaque jour, les journalistes ont déjà donné dans l'éditorial en préférant critiquer Mediapart plutôt que de tenter de trouver de nouvelles informations sur cette affaire.

Aujourd'hui, ces mêmes journalistes donnent des leçons de morale, cette fois à Cahuzac.

J'aurais préféré qu'ils se contentent de donner l'information qu'il était mis en examen, car c'est bien la seule information nouvelle de la journée. Tout le reste, on le savait! Leur morale, je m'en fiche : d'une part, je suis assez grand pour me faire une idée; d'autre part, cette idée, je me la suis faite depuis longtemps grâce à Mediapart.

Donc : éditorialisation à tout crin, jusqu'à critiquer Edwy Plenel et les journalistes de ce site en les qualifiant de « donneurs de leçons » quand ceux-ci ne font que rappeler quelle est (quelle devrait) être la nature même du métier de journaliste. Oui, c'est vrai, on pourrait critiquer Plenel dans un fonctionnement normal de la presse, sauf qu'ici Plenel, en plus de son métier de journaliste, est obligé de rappeler à ses « confrères » quelle est la substance même de ce métier.

Le seul journal, aujourd'hui, à avoir donné une information nouvelle, c'est Le Canard Enchaîné. Lui aussi a été un peu à la remorque ces derniers temps, mais au moins il se rattrape. Que les autres journaux tentent de faire de même en cherchant, dans cette affaire, d'où viennent les fonds qui ont atterri sur le compte de Cahuzac; en cherchant à savoir si le président de la République et/ou le Premier ministre savaient que Cahuzac avait un (des) compte (s) à l'étranger; en cherchant à avoir de nouvelles informations sur les affaires mettant en cause Nicolas Sarkozy (villa de Neuilly, relations avec Bettencourt, Tapie, etc., etc.).

Bref, la morale, je m'en tape; ce que je veux, c'est de l'information!

Je pense, pour terminer, que l'analyse du comportement de la presse dans ce dossier pourrait constituer un excellent sujet de thèse pour un étudiant en sciences de l'information.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 04/04/2013 11:00
  • Par am31

Mais le plus grave est que nous ne connaissons que peu de chose du système Cahuzac.

Quelques questions:

-          D'où vient l'argent, combien et quelles contreparties?

-          Il semble qu'on ne dérange pas une banque suisse  pour 600 000 petits euros.

-          Le blanchiment: où, comment?

En conclusion Hollande avait fait le bon choix en chargeant Cahuzac de traquer la fraude fiscale. Un  expert!