À GAUCHE, C’EST À DROITE

D’abord, à tout saigneur tout honneur, impossible de ne pas citer dans le contexte de cette chronique l’émouvante réaction d’un de ces humanistes sensibles et honnêtes dont regorge ce parti de notables corrompus qu’est devenu le PS, Thierry Carcenac, encore président du Conseil général du Tarn et co-resonsable de la mort d’un jeune écologiste : « MOURIR POUR DES IDÉES, C’EST UNE CHOSE, MAIS C’EST QUAND MÊME RELATIVEMENT STUPIDE ET BÊTE. »
Il faut le voir et l’entendre prononcer ces mots absolument stupides et bêtes, mais aussi proprement infâmes, pour mesurer à quel degré d’abjection déshumanisée trop de politiciens actuels sont descendus.
Il fallait entendre hier matin Gattaz, monstre d’hypocrisie cynique, parler du chômage avec des trémolos dans la voix !
Quand un gouvernement pleure la mort du PDG d’une entreprise multinationale parmi les plus ignobles et ne trouve pas un mot pour regretter une bavure dont il est clairement responsable, il y a vraiment du souci à se faire pour ce qu’on ose encore appeler démocratie…
Non, le libéral-nazisme que je dénonce depuis 20 ans n’est pas une invention, il est en marche, et il est plus que temps de l’arrêter, si c’est encore possible.
C’est dans cet esprit que je vous recommande de la manière la plus pressante de prendre le temps de voir et d’entendre l’admirable discours prononcé en 2012 par Roberto Scapinato. Je dis prendre le temps, et non la peine, car il s’agit d’un moment de formidable citoyenneté vivante et dynamisante, et qui rassure : il n’y a pas au monde que des Carcenac, Cahuzac, Carrez, et autres Hollande ou Valls, il y a encore des hommes dignes de ce nom.

Hommage de Roberto Scarpinato à Paolo Borsellino




Complété à la lumière des événements en cours, dont celui que je viens d’évoquer, voici un texte écrit au tout début 2014, et que le manque de temps et un certain découragement devant l’anesthésie profonde du peuple de gauche m’avaient dissuadé de publier à l’époque.
J’y adjoins un court texte de Suarès sur les politiciens qui colle à ceux d’aujourd’hui aussi cruellement que la tunique de Nessus à la peau d’Hercule !
Et, pour faire bonne mesure, à l’attention, entre autres, de ce bon Monsieur Carrez, j’ajoute un texte fort intéressant sur l’égalité républicaine.


PDF - 215.7 koAndré Suarès, Machiavel à un sou


À GAUCHE, C’EST À DROITE

Il y a un bon moment que je ne me reconnais plus dans la gauche, tout particulièrement dans cette « gauche » qui se proclame « responsable » parce qu’elle accepte de renier ses principes et de se corrompre en jouant le jeu archi pipé du pouvoir « démocratique » instauré par de Gaulle pour son usage personnel et très tôt récupéré et magistralement instrumentalisé par l’oligarchie financière, représentée dès l’origine par Georges Pompidou, second Président de la Vème République après avoir été directeur général de la Banque Rotschild puis Premier Ministre du Général.
Les notions de droite et de gauche ne sont à mes yeux plus du tout analysables selon les critères qui permettaient il y a encore une trentaine d’années de les distinguer.
Pour moi, la différence entre la droite et la gauche, c’est désormais celle qui sépare radicalement ceux qui sont pour la domination sans partage de la nature par l’espèce humaine, et qui sont donc prêts à la « maîtriser » par tous les moyens, pour en faire notre servante, et ceux qui souhaitent coopérer avec la nature et admettent que nous faisons partie d’elle et ne pouvons bien vivre qu’en harmonie avec elle.
À ce titre il est clair que le PS français est de droite depuis plus de trente ans du fait de sa vision du monde consumériste et globalisante, toute pleine d’une mégalomanie naïve et d’un affairisme retors. Conception du progrès extraordinairement primaire et simpliste, croassance, croassance ! croassent-ils, toujours à la remorque des ringards du libéralisme le plus obtus.
À mes yeux, le véritable clivage droite-gauche n’est pas du tout entre « réactionnaires » et « progressistes », comme le disait encore la sénatrice PS Laurence Rossignol, dans l’hymne à la croissance qu’elle serinait sur France-Inter il y a quelques mois. Elle tenait le discours actuel du PS, un discours luciférien au sens exact du terme. Lucifer prétend nous donner la maîtrise de l’univers ; au lieu de coopérer, de collaborer avec la nature qui nous a créés, il s’agit de la dominer, de la châtier, de lui faire finalement payer le fait que nous ne sommes pas maîtres de notre existence, que ce soit au départ ou à l’arrivée.
L’idée de l’homme-Dieu, l’anthropocentrisme, c’est selon moi une vision du monde fondamentalement de droite. Être de gauche, c’est avoir des principes et des valeurs, et s’efforcer de les mettre en pratique. Cela commence par un profond respect de la vie, même quand cela nous oblige à réfréner notre mégalomanie.
En ce sens, parler d’UMPS est ici inévitable, à condition de rajouter FN, tant les formations politiques traditionnelles, de « gauche » ou de droite se rejoignent dans le plus systématique irrespect de la vie…

Être de gauche, c’est admettre que chacun de nous est un microcosme au sein du macrocosme, et véhiculer des valeurs de paix, de coopération, et de liberté réelle, c’est à dire de liberté dans le cadre des contraintes nécessaires au respect de la liberté d’autrui (et par « autrui », je n’entends pas seulement mes congénères, mais l’ensemble des êtres vivants de notre monde).
Être de droite, c’est considérer que la liberté de l’homme implique le servage de la nature tout entière, et la domination sans partage de l’espèce animale la plus « développée » de ce microcosme qu’est notre planète au regard de notre galaxie, elle-même grain de poussière au sein de l’univers…
Avec comme corollaire le règne sans partage au sein de l’espèce elle-même du fort sur le faible, en vertu d’une fallacieuse « loi de la jungle ».
Être de droite, c’est donner au mot progrès le sens d’une conquête toujours plus radicale de la nature, et d’une croissance indéfinie.
C’est penser que la technique peut résoudre tous les problèmes, c’est assimiler le progrès non à une amélioration qualitative, mais à une augmentation quantitative : la culture du record est pour moi typiquement de droite, et, poussée à l’extrême comme de nos jours, d’extrême-droite.
Qu’est en effet le progrès aux yeux des dirigeants actuels ? S’agit-il de rendre l’humanité meilleure ? Ou de la rendre plus « riche », entendez de rendre les riches encore plus riches, quitte à appauvrir encore davantage les pauvres ? Le progrès pour eux, c’est la conquête toujours plus totale, toujours plus radicale de la nature en une prédation sans frein qui est l’exact contraire du fonctionnement d’un biotope viable.
C’est en ce sens que je peux dire sans craindre de me tromper que la politique actuellement menée par le PS est une politique d’extrême-droite, au sens où j’entends ce mot. Voyez Notre-Dame-des-Landes, Sirvens, le Lyon-Turin, le nucléaire, le bétonnage systématique et généralisé (en 15 ans l’équivalent de deux départements de terres agricoles a été détruit en France…) et plus généralement la soumission toujours plus servile à la finance et à ses grands patrons…
Politique libérale dans laquelle le règne du plus fort, celui de l’individu triomphant, et la guerre économique qu’il implique l’emportent sur toute autre préoccupation. Sous couvert d’intérêt général et de libertés, il s’agit de conforter définitivement le règne des individus dominants, en entérinant officiellement le pouvoir, déjà exercé de fait par l’oligarchie économico-financière, par une marchandisation totale de notre société, livrée aux appétits individuels exploités par les multinationales, voyez le traité transatlantique en cours de négociation.
Cela vaut aussi bien en matière de liberté (prétendue) dans le libéralisme économico-financier qu’en matière de libertés (prétendues) par rapport aux valeurs sociétales, famille, homosexualités, procréation assistée, GPA, euthanasie.
Liberté débridée : il s’agit de faire sauter tous les garde-fous pour agrandir l’espace vital des puissants, tout comme Hitler voulait que la race aryenne « supérieure » asservisse ou élimine les populations « inférieures » et annexe leurs territoires et leurs richesses.
Si on part de cette grille d’explication, qui peut paraître simpliste à première vue, mais qui a l’immense mérite d’être fonctionnelle, on comprend clairement ce qui se passe en France et dans le monde depuis une cinquantaine d’années. 
Et l’on se rend compte que beaucoup d’hommes « de gauche » sont incontestablement très à droite, et qu’il est quelques hommes de droite dont les idées et l’action relèvent de ma conception de la gauche. C’est pourquoi je disais en 2000 que Chirac était en fait, sinon en parole, d’extrême-droite, et d’une extrême-droite « moderne » infiniment plus dangereuse que le fascisme traditionnel et passablement ringard d’un Le Pen. C’est encore plus vrai de Sarkozy, et ce l’est au moins autant de Hollande, défenseur objectif de l’extrême-droite néo-libérale, cette oligarchie archi corrompue que je nomme libéral-nazisme.
De ce pur produit de l’enseignement dogmatique et radicalement dépassé de nos lamentables grandes écoles, et tout particulièrement de la fabrique de cadres surformatés et incultes qu’est HEC, je n’attendais rien, ses propos les plus anciens laissant clairement apparaître sa nature de serviteur dévoué du grand capital. Mais il m’a épaté par l’infernal culot avec lequel il a renié sa parole. Car c’est bien l’actuel président « socialiste » de la République qui disait récemment : « L’action que nous menons vise à donner plus de liberté aux entreprises. Ce sont elles qui, librement, détermineront l’avenir du pays ». Lecteur, pèse ces mots, ils disent très exactement ce qu’ils veulent dire…
Et ce matin encore (mardi 28 octobre), sur France-Inter, Gattaz reprenait la même antienne de l’entreprise comme phare et guide, führer au bout du conte et des comptes, de toute société humaine. Ce qu’ils veulent, les libéraux-nazis, c’est une Entreprise de mille ans. Et ils sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. Comme je l’annonçais il y a quinze ans, le néo-libéralisme n’est doux – si j’ose dire ! –, que quand il peut parvenir à ses fins sans utiliser la manière forte, tout de même coûteuse, et parfois génératrice de pénibles effets boomerang. Mais le désastre aidant, face à la révolte qui monte, et les carottes manquant, nous commençons à voir en tous domaines pointer le bout du gros bâton.
La violence de plus en plus ouverte de la répression de tous ceux qui s’opposent réellement au système actuel est ainsi on ne peut plus éclairante quant à la nature réelle de la démocratie française, totalement inféodée au grand capital en un fonctionnement de plus en plus clairement mafieux.
Peuple, réveillons-nous !



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.