Retraite: Coucou c'est l'été....

C'est bien connu, les départs en vacances laissent la place aux réformes imposées. Ca y est.... On oublie tout, les soucis, les factures, les désagréments de tout ordre et hop, on se plonge avec délectation dans la farniente. Oui mais, pas de repos pour les réformes.... Elles profitent de votre absence pour s'imposer.

C'est bien connu, les départs en vacances laissent la place aux réformes imposées. Ca y est.... On oublie tout, les soucis, les factures, les désagréments de tout ordre et hop, on se plonge avec délectation dans la farniente. Oui mais, pas de repos pour les réformes.... Elles profitent de votre absence pour s'imposer.

De quoi s'agit-il ? Mais des retraites bien sur. Le Conseil d'orientation des retraites (COR) annoncera demain qu'en vertu de l'allongement de la durée de la vie, la durée de cotisation pour la retraite va augmenter. Il faudra désormais cotiser 41,5 ans pour une pension à taux plein. Sont concernés les générations nées à partir de 1955. Actuellement cette durée de cotisation n'est « que » de 40 ans et trois trimestres (pour la génération 1951) et doit passer en 2012 à 41 ans (pour la génération 1952). S'ajoutera ensuite la réforme des retraites de l'an dernier qui prévoit une durée passant à 41 ans et un trimestre en 2013 (pour les générations 1953 et suivantes). Afin d'éviter de passer pour l'oiseau de mauvais augure, le COR s'est défendu hier de faire une « préconisation ». Son président à bien précisé qu'une telle modification n'était que la conséquence d'une « application de la règle fixée par la loi du 21 août 2003 ». En clair, il s'agit d'un constat pas d'une préconisation. Bon numéro de rhétorique..... C'est en effet dans la loi Fillon de 2003 sur les retraites qu'il faut chercher les germes de l'allongement. Cette dernière prévoit que la durée de cotisation soit indexée sur l'espérance de vie. Nous y voilà. Concrètement : Plus on vit longtemps, plus on cotisera longtemps et mois on en profitera.....Peu disert sur le sujet, hier le gouvernement n'a pas souhaité réagir à cette annonce. La loi prévoit toutefois que si le régime des retraites des personnes nées en 1955 était appelé à être modifié, il serait nécessaire de publier un décret avant la fin de l'année. Ah ! Fort délicat à quelques mois des élections présidentielles, car à la rentrée, il se pourrait bien qu'il y ait quelques remous dans les rues. Au diable la pénibilité dans le travail.... Enterré les considérations comme quoi il y a des travaux pénibles. En effet, comment comparer quelqu'un qui est debout toute la journée dans une usine ou autre, et quelqu'un qui est vissé sur une chaise. Si le fait d'être assis peut développer un mal de dos, être debout est beaucoup plus pénible pour tout le corps. De toute façon, cette réforme ne règle rien. Si la durée de vie continue à s'allonger, cela veut dire qu'a un moment on va devoir travailler jusqu'à plus de 70 ans ? Bonjour les articulations.....Et puis, le problème comme d'habitude est attaqué par le mauvais côté.

 

Alors, par quoi je commence ? Allez ! les régimes spéciaux. Qui sont-ils ? EDF, GDF, RATP, et SNCF. 500 000 actifs et 1,1 millions de retraités. Une première réforme, adoptée laborieusement en 2007, après une vague de grèves, a porté la durée de cotisation pour une retraite à taux plein de 37,5 années à 40 ans d'ici à 2012.
Quelle histoire. L'argument massue était bien sur qu'on ne touche pas aux acquis et bla, bla, et encore bla. En clair, débrouillez vous, faite payer les autres mais pas nous.

En fait, il n'y a pas trente six mille solutions :

  • Ou l'Etat apprend vraiment à gérer des budgets, à arrêter les dépenses pharaoniques pour tout et n'importe quoi, et il n'y a pas lieu de venir chercher encore plus de sous chez les actifs.
  • Ou les régimes des retraites sont alignés et même durée pour tous. (Egalité)
  • Ou bien les deux propositions ci-dessus sont alignées et tous le monde vit mieux. (Trop simple ?)

L'allongement de l'activité. Ah, la belle phrase. Travailler plus pour profiter moins. Je l'ai déjà dit. Et puis, quand même, passé 55 ans, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les articulations répondent moins bien, les douleurs articulaires apparaissent, les ennuis gastriques aussi pour certains, donc travailler plus = plus de fatigue= temps de récupération plus lent.

Et puis, il y a des travaux plus pénibles que d'autres, c'est certain. Courir toute la journée comme par exemple, serveur, ou bien manœuvre sur des chantiers, sera plus pénible que rester assis sur une chaise derrière un guichet.
En fait, ce qui fâche, sont les inégalités. Si tout était aligné, personne ne ronchonnerait, et tout irait mieux.

Retraite des députés. On comprend pourquoi ils se battent pour se faire élire et surtout pour y rester. C'est le must, le nec plus ultra. Pour faire court, un député touche, après 5 ans d'activité, la même retraite que le salarié du privé qui a travaillé pendant 40 ans. Pas mal du tout. Tiens finalement je vais peut être brigué un poste à l'Assemblée Nationale, ca me parait bien. La soupe est bonne, coiffeur, poste sur place, voiture, bureau sympa etc...

Cerise sur le gâteau, le parlementaire a la possibilité de cumuler plusieurs retraites liées à sa profession ou aux autres mandats qu'il a exercés : Retraite de maire, conseiller régional ou général, fonctionnaire etc... Il peut ainsi empiler les pensions de plusieurs régimes spéciaux. Plus de 80% des parlementaires sont des cumulards.

« Egalité, Fraternité ? » Pour des parlementaires issus de la révolution de 1789 représentant le peuple, il y a mieux.

Pour finir, deux devinettes :

  • Qui, après avoir quitté son poste, touche son traitement pendant six mois, à condition de ne pas avoir retrouvé un emploi ? Un Ministre de la République.
  • Qui, au terme de son mandat, a droit à vie, à un garde du corps, une voiture, un bureau pour son secrétariat et 6000€ par mois brut ? Le Président de la République
Un peu abusif ? Je vous laisse juge.

En conclusion, ce qui fâche sont les inégalités. Que chacun défende son beefsteak je peux comprendre, mais pas au détriment d'une majorité qui s'échine à maintenir ce pays en forme. Economiquement ce pays repose sur des actifs de plus en plus plombés par une fiscalité énorme et par des inégalités sociales, comme par exemple les régimes de retraite.

Un régime égal pour tous avec plus d'équité amènera une économie plus saine, et des actifs moins surmenés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.