Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2013

PRISE D'OTAGE PAR LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS (R.S.I) ACTE 2

Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lundi 9 décembre, nous étions mon épouse et moi, dans les locaux de la RSI de Toulouse à Balma, 11 rue de la tuilerie, afin d'obtenir gain de cause. Voir l'histoire dans l'acte 1. Communiqué de presse du 8 décembre 2013.

Nous sommes reçus sans attendre (pour une fois...) par le responsable de la section incapacité/invalidité, Mr Didier Marty. Après quelques explications sur le pourquoi de notre présence, Mr Marty se retranche derrière des propos quelque peu abscons, notamment qu'il est un employé administratif et qu'il ne peut rien contre des avis médicaux techniques des médecins RSI. Le conflit administrato/technique...

Il est parfaitement au courant de la diffusion de notre pétition à destination de la ministre Mme Pinel, et qui est disponible en ligne :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Mme_Sylvia_Pinel_Ministre_de_lartisanat_du_commerce_et_du_tourisme_Audit_et_commission_denquete_sur_le_Regime_Social_des/?copy

La discussion patine. Mr Marty s'absente du bureau et revient avec le Directeur de Caisse Régionale RSI Midi Pyrénées, Mr Luc Doury. Le grand boss en personne. Flatté...

Même discours formaté. Il se  retranche derrière les règlements, refuse de se désister de l'interjection d'appel, et conseille mon épouse de se mettre en arrêt maladie. En clair, refus de lui donner une incapacité de travail, mais conseille mon épouse de se mettre en arrêt maladie de longue durée. Intéressant. Comment augmenter le trou de la sécurité sociale ! Sauf que, comme nous sommes en fin de droit, il sera impossible de se mettre en arrêt maladie.

 A la question, pourquoi  deux médecins ont un diagnostic totalement opposé (le médecin RSI refuse en bloc de constater l'incapacité, mais le médecin du Tribunal de la Sécurité Sociale constate lui une incapacité de 50%), il répond et je cite "...C'est comme deux garagistes qui ont deux points de vue différents..." Réponse incohérente.

Deux médecins ne peuvent pas, sur une articulation d'un genou, avoir des conclusions aussi différentes. En conclusion : L'un est au service d'un organisme qui refuse en bloc toute demande légitime, la RSI, et l'autre fait correctement son travail.

D'autant plus que mon épouse a consulté en plus un chirurgien qui a confirmé que son genou était au stade 4, c'est à dire opérable de suite.

Mais seul le médecin de la RSI a raison, bien sur. Droit dans ses bottes...  

Enfin Luc Doury enfonce le clou. En effet, outre le fait de se retrancher derrière des règlements, il laisse planer une suspicion ouverte sur les commerçants. Je le cite "...Si on vous accordait ce désistement, ce serait la porte ouverte à d'autres..." Sous entendu, chez les commerçants, artisans, la fraude est de mise.

Répugnant.

D'autant plus que les chiffres annoncés par le RSI parlent d'eux-mêmes :

5,4 millions d'assurés et 23 932 invalides reconnus. Suspicion illégitime donc.

Comme nous n'avons pas obtenu gain de cause, nous allons continuer notre action. Toute aide sera la bienvenue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Maltraitances en crèche : un tabou français
La mort d’un bébé survenue la semaine dernière à Lyon a provoqué la stupéfaction. Mais depuis de longs mois, les conditions d’accueil en crèche se dégradent. Et des professionnels, des experts ou représentants du secteur tirent la sonnette d’alarme. Témoignages.
par Laëtitia Delhon

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra