Les Psychotropes et les artistes, mauvais mélange

Psychotropes : La France sous influence…. Près d’un quart des Français consomment des anxiolitiques, des antidépresseurs ou des somnifères.Un record en Europe. Qui consomme quoi ? - ¼ de la population protégée par le Régime Général a bénéficié du remboursement d’un médicament psychotrope - 33% des hommes et 55% des femmes de plus de 70 ans- 11,2% sont des utilisateurs réguliers, plus de 4 remboursements par an150 millions de boites remboursées aux assurés du régime général (hors fonctionnaires et étudiants) par l’assurance maladie en 2002. Source : Revue médicale de l’assurance maladie, volume 34, n° 2, avril mai juin 2003.La France droguée ? Pensez donc, c’est une drogue légale…. Puisque l’on parle de drogues, j’en arrive aux artistes. Psychotropes et ondes esthétiques…. Mauvais ménage. La preuve ? Voici quelques exemples :- Judy Garland. 1922-1969. Qui ne connaît pas la talentueuse Judy. Mais voilà, à 17 ans, elle stresse, car si elle prend du poids, elle perd son contrat d’artiste. Donc, le « bon médecin » lui prescrit un cocktail sympa à base d’antidépresseurs, d’amphétamines et des barbituriques. Elle est devenue accroc. A l’âge de 27 ans, elle reçoit un traitement violent d’électrochocs. Le must…. Vers la fin des années 50, Valium, Thorazine *, et en 69, elle décède d’une overdose.- Charlie « Bird » Parker. 1920-1955. Qui ne connaît pas le créateur du be-bop. Dépendant de l’alcool, certes, mais en 46, internement psychiatrique, traitement à base de psychotropes, et cela aboutit à une crise cardiaque.- Kurt Cobain : 1967-1994. Le célèbre chanteur du groupe Nirvana. Enfant très créatif, étiqueté hyperactif et bombardé de Ritaline*. Mais voilà, la Ritaline provoque des douleurs à l’estomac. Cobain déclarait que pour éteindre le feu qui rongeait son ventre, il a commencé à prendre de l’héroïne. 36 heures après avoir été admis dans un centre de « réhabilitation psychiatrique » pour se sevrer de la drogue, Cobain s’est enfui et s’est suicidé par balle. L’analyse de son sang révéla des traces d’héroïne et de Valium.- Stevie Nicks, la célébrissime chanteuse du non moins célèbre Fleetwood Mac. Après avoir pris de la cocaïne, elle consulte un psychiatre pour s’assurer qu’elle ne toucherait plus à la drogue. Le « praticien » lui prescrit des tranquillisants et elle est devenue accroc. Du coup, absence de la scène pendant des années, rupture avec sa famille etc…- Marilyn Monroe : 1926-1962. La cultissime Marilyn est convaincue de suivre une psychanalyse « pour exploiter son énergie explosive ». Son « Pou pou pi dou » l’emmènera chez un psychiatre qui va la gaver de substances explosives mais dans l’autre sens. Créativité en baisse, jusqu’à se terminer par une overdose.La liste n’est pas exhaustive, malheureusement. Car au-delà des gens connus, combien de citoyens lambda deviennent accrocs aux psychotropes et terminent tragiquement ? Beaucoup, beaucoup trop.Il est grand temps que les pilules du « bonheur » trouvent leur vraie place : A la corbeille. Il est grand temps de développer d’autres thérapies naturelles, qui ne sont certainement pas miraculeuses, mais qui au moins, ont le mérite de ne tuer personne. Définitions : Wikipédia* Thorazine (Chlorpromazine, Largactil) est une drogue anti psychotique. Utilisé dans le traitement de la pensée désorganisée et psychotique. Aiderait ( ?) à traiter des perceptions fausses (Hallucination ou illusion.). La Thorazine est également utilisée pour traiter les enfants psychotiques. Elle peut être employée pour traiter des hoquets ou des nausées prolongées. D'autres utilisations incluent le traitement du désordre de Tourette, (Tics), des hoquets, des manies, des problèmes comportementaux chez les enfants, des problèmes de comportement de la démence chez les personnes âgées

Effets secondaires de la Thorazine :

  • Bouche sèche
  • somnolence
  • Spasmes : mâchoire, cou, et du dos
  • discours lent ou difficile
  • Difficulté pour ingérer des aliments
  • Sens de l’équilibre pertubé
  • Eruption sur la peau
*RitalineC'est un stimulant du système nerveux central, il agit en inhibant la recapture de la dopamine ainsi que celle de la noradrénaline (aussi appelée norépinéphrine, mais ce dernier terme est beaucoup moins utilisé), ce qui provoque une augmentation des concentrations extracellulaires de celles-ci dans le cerveau. Le méthylphénidate a aussi une activité IMAO [3]. La plupart des produits contenant du méthylphénidate contiennent un mélange racémique de dextro-méthylphénidate, qui est considéré comme ayant un effet plus satisfaisant.Effet secondaires :- Arythmie- Peut entraîner de la tachycardie- Gastro-intestinal : Nausées, vomissements, douleurs abdominales.- Sécheresse de la gorge- Accélération de la respiration- Perte d’appétit- Troubles de la vision- Spasmes musculaires- Maux de tête- Nervosité - Insomnies

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.