Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2013

Terre de Promesses…

En plein remous de la saga Cahuzac, j’assistais, il y a peu, à la première du film intitulé « Promised land »... C’était une soirée ciné débat. D’un côté le Directeur Adjoint du Centre d’Etude de Gramat, et de l’autre, un responsable du mouvement Lot en action. Le sujet : Le gaz de schiste.

Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En plein remous de la saga Cahuzac, j’assistais, il y a peu, à la première du film intitulé « Promised land »... C’était une soirée ciné débat. D’un côté le Directeur Adjoint du Centre d’Etude de Gramat, et de l’autre, un responsable du mouvement Lot en action. Le sujet : Le gaz de schiste.

http://www.arte.tv/fr/promised-land-de-gus-van-sant/7311634,CmC=7313698.html

Bien installé dans un fauteuil d’une salle de cinéma, niché dans une petite bourgade de province appelé Gramat, dans le lot, j’assistais donc à la projection de ce film, avec entre autres, le talentueux Matt Damon. Réalisation de Gus Van Sant, USA, 2013, tout droit sorti des studios d’Hollywood.

C’était une soirée ciné débat. D’un côté le Directeur Adjoint du Centre d’Etude de Gramat, et de l’autre, un responsable du mouvement Lot en action. Le sujet : Le gaz de schiste.

 www.lelotenaction.org

Petite aparté, le centre d’étude de Gramat fait parti du CEA (Commissariat de l’énergie atomique) et à une ou plusieurs sections de recherche sur l’armement. Et oui, même et je dirais surtout dans des régions rurales, pas mal d’expérimentations en tout genre se passent. Presque à l’insu de tous. C’est facile, c’est la campagne, et c’est bien connu, les « ploucs » ça gobent tout. Qu’ils croient….Heureusement, la réalité est que nous ne sommes pas dupes….

Le premier lien est une présentation hagiograhique du centre d’étude, et le deuxième lien vous renvoi sur Médiapart, ou il est question d’uranium appauvri et de son utilisation sur des armes. Et oui, à Gramat dans le Lot…..

http://www.cea.fr/le-cea/les-centres-cea/gramat

http://blogs.mediapart.fr/edition/nucleaire-lenjeu-en-vaut-il-la-chandelle-pour-lhumanite/article/080112/cest-en-francece

Matt Damon joue merveilleusement bien. J’aime beaucoup cet acteur. Il a le talent de pouvoir jouer des rôles totalement différents, ce qui n’est pas évident. Sans vous raconter le film, car je vous invite à aller le découvrir, il est question d’une compagnie pétrolière qui pèse 7 milliards de $, qui envoie ses deux plus fins négociateurs dans un patelin, afin que leurs habitants cèdent leurs terrains à un prix très moyen, pour en extraire le « précieux » gaz.

L’extraction du gaz de schiste aux USA, c’est 500 000 puits en activités aujourd’hui. Ce sont des recettes de plusieurs millions de dollars, donc bien sur ce n’est pas neutre en matière d’économie. Il y a quelques années, c’était impensable qu’Hollywood sorte un film contre le gaz de schiste, mais voilà, les dégâts collatéraux sont de plus en plus importants. Morts d’animaux, cancers, eau impropre à la consommation, paysages dévastés…. Lourd tribut pour une énergie fossile qui ne résoudra rien à court terme.

Fin du film. Le directeur adjoint de centre d’étude prend la parole, et commence à expliquer ce qu’est la fracturation hydraulique. Pour ceux qui ne connaissent pas la méthode, qui est la seule aujourd’hui qui peut extraire le gaz de schiste, c’est un forage vertical de 2500 mètres, puis des forages horizontaux, et une fracturation des roches souterraines qui se fait en injectant des énormes quantités d’eau accompagnés de plus de 500 produits chimiques. La roche est ainsi fracturée, le gaz est libéré, une partie de l’eau polluée remonte à la surface, avec une bonne partie de ce que le sous sol renferme. A savoir, du soufre, des minerais divers, de la boue  etc… Ce qui rend le paysage « agréable » à regarder….

Une fois ceci expliqué, est venu le couplet sur le fait qu’il n’y a pas solutions à court et moyen terme, et qu’en 2050, nos enfants auront du mal à avoir de l’énergie. Discours moralisateur sur le fait qu’il fallait que nous, citoyens lambda, prenions   conscience de cela, et commencions donc à réduire notre consommation. Devenez   responsable. Evidemment il n’est pas question de revenir à l’éclairage de la bougie, mais quand même….

C’est comme Cahuzac. Moralisateur. Serrez vous la ceinture braves français, pendant que moi, je fais fructifier un « petit » compte dans la confédération Helvétique qui me met à l’abri pour le restant de mes jours. Cahuzac était à Bercy ? Sans blagues….

Mais je m’égare. Pas tant que ça quand même. Le discours est toujours le même. Moralisateur. C’est énervant, car ce n’est jamais de leurs fautes, mais de la nôtre.

Du coup, je me suis lancé dans une tirade, ou j’ai juste expliqué qu’il faudrait qu’on arrête de nous bananer, que l’on nous demande d’avoir confiance dans les promesses, alors que les accidents passés ne nous y incitent pas. Tchernobyl, Fukushima pour le nucléaire ; pour le pétrole récemment, la fuite énorme de la plate forme BP dans le golfe du Mexique, sans oublier les dégâts du gaz de schiste. Impossible d’avoir confiance dans les pétroliers et industriels lourds, vu qu’ils ne pensent qu’en termes de bénéfices engrangés, au mépris total du bien être de la population.

Ca a jeté un froid côté Gramat, et du chaud côté Lot en action. Pas de climatisation modérée. Le responsable du centre d’étude est payé pour rechercher des méthodes d’énergies alternatives. C’est ce qu’il dit.

Ca aussi c’est énervant. Depuis 40 ans, une mixité de pas mal de sources d’énergies aurait pu être envisagée. Géothermie, panneaux solaires, aérothermie, éoliennes, énergie de la mer etc…On ne serait pas dans la situation ou nous sommes aujourd’hui si cela avait été fait.

Mais voilà, les scientifiques ne cherchent que dans une direction. Il y a 20 ans, pas d’éoliennes. Depuis 3 ans, le parc éolien est presque trop fourni selon les régions, et aujourd’hui c’est remis en question. De qui se moque-t-on ? Ils ne pouvaient pas le prévoir ?

Tout marche par à coup. Normal, car le but recherché reste toujours le bénéfice à court terme. Le reste est secondaire.

A part réfléchir, que font les scientifiques ? Au bout de la réflexion, si cela s’avère juteux, ils reçoivent un paquet d’argent et hop terminé. Je caricature ? Honnêtement je ne crois pas

On nous jette la responsabilité à la face. C’est facile. Qu’il y ait des gens irrespectueux de l’environnement et de la consommation d’énergie, certes. Mais à côté des pétroliers et financiers, ce sont presque des saints.

Le citoyen lambda est obligé aujourd’hui, enfin pour ceux qui le désirent, de se mêler de domaines ou normalement il ne devrait pas intervenir.

Un boulanger s’occupe à produire du bon pain. Un plombier de réparer les fuites et d’installer de bons systèmes, un dentiste de soigner les carries, etc….

Un scientifique industriel est sensé trouver des sources d’énergies les moins polluantes possible et les offrir à la planète. Oui ou non ? Mais devant l’incurie de ces scientifiques, plus intéressés à toucher des enveloppes, qu’à travailler correctement, on est obligés de s’en mêler.

Obligés, car sinon, cette planète serait déjà morte. Mais la partie n’est pas gagnée, donc la vigilance constante reste de mise.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com