Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juin 2011

Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

Des enfants sages ? Non ? Vite une ordonnance.....

Alain Tizioli
Commerçant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les enfants hyperactifs…..Qu’est-ce qu’un enfant hyperactif ?Sur un plan médical, on appelle hyperactivité avec déficit de l’attention, une perturbation persistante d’au moins 6 mois et se manifestant chez l’enfant par les comportements suivants :- Agite souvent les mains et les pieds- Se tortille sur sa chaise- A des difficultés à rester assis- Facilement distrait par des stimuli extérieurs- Du mal à se concentrer- Se précipite pour répondre aux questions sans attendre la fin de leur formulation- A du mal à se plier aux injonctions d’autrui- Passe souvent d’une activité inachevée à une autre- A du mal à jouer en silence- Parle trop- Perd ses objets- A du mal à écouter ce qu’on lui dit- Court des risques non par goût du risque mais par inattention.Ouf ! Personnellement, quand j’étais môme j’avais au moins quelques comportements de ce genre, et je me demande s’il existe des enfants sans aucunes de ces façons d’agir….. Des saints peut-être ?C’est vrai qu’un enfant est toujours trop agité par rapport à ce qu’on souhaiterait, mais on peut légitimement penser que des parents peu présents, ou bien avec des principes éducatifs rigides, soient débordés par des enfants qui réagissent à une situation donnée en étant très turbulent, mais delà à trouver tout cela anormal et à mettre une étiquette, il y a une grande marge. Marge que les psychiatres franchissent avec le THADA.Les enfants hyperactifs sont catalogués avec le THADA (Trouble de l’hyperactivité avec déficit de l’attention). Il est normal qu’un enfant bouge et soit rapide, c’est propre à son âge. Bien sur, il peut y avoir des désordres chez certains enfants, mais l’étiquette d’hyperactivité, est bien pratique pour justifier l’emploi de substances calmantes. Cette étiquette, bien pratique, est utilisée avec force par beaucoup de psychiatres pour justifier l’emploi de la Ritaline. (Voir plus bas la définition)Des enfants sages sur ordonnance…. Il est agité ? Hop, une dose de Ritaline et c’est calme. Oui, sauf dans le corps et le mental de l’enfant. Car la Ritaline est une drogue. Elle donne l’illusion d’une solution magique parce que ses effets sont immédiats mais mieux vaut observer la plus grande prudence quand on vous prescrit ce médicament. Les psychiatres soutiennent que l’hyperactivité de l’enfant est due à une lésion du cerveau, non détectée pour le moment, ce qui justifierait le recours à un médicament pour lutter contre ce trouble du comportement. En réalité, ceci n’a jamais été prouvé et la Ritaline pose des problèmes éthiques pour 2 raisons : - L’enfant est-il vraiment hyperactif où- Les parents manquent-ils de tolérance ?Rien qu’aux USA, 6 millions d’enfants sont traités avec de la Ritaline. Ce n’est pas sain de calmer un enfant avec un médicament. On prend le risque de le voir devenir toxicomane à l’adolescence, et indépendamment de tout phénomène de dépendance, on conditionne l’enfant en lui apprenant qu’à la souffrance (il est déprimé), on doit répondre par un médicament.Un lien sur le pourcentage des enfants drogués à la Ritaline :http://www.votre-sante.com/news.php?dateedit=1186598474&page=0En fait le mot d’ordre devrait être :Jamais de médicaments pour calmer un enfant. La complainte « Je n’en peux plus, docteur, donnez lui quelque chose » ne devrait pas être entendue par les médecins.Des solutions il y en a. Déjà, un check up médical complet de l’enfant devrait être fait. Bien trop souvent, l’enfant souffre physiquement de quelque chose, et cela se traduit par un comportement mental désordonné. Une constipation fréquente chez l’enfant par exemple, peut donner lieu à une agitation assez virulente. Manque-t-il de minéraux, de vitamines, a-t-il des carences ? Une fois cela fait, avec un bon traitement naturel, beaucoup de choses rentrent dans l’ordre. Si les parents ensuite essayent de diriger l’attention de l’enfant sur quelque chose, d’être présent, de l’aider à faire ses devoirs, de l’aider à clarifier ce qu’il ne comprend pas etc… il n’y aucunes raisons qu’il n’y ait pas d’améliorations. La Ritaline est une amphétamine, et comme telle, voici les effets secondaires :- Maux de tête- Perte d’appétit- Risque de toxicomanie après l’adolescence- Brûlures dans l’estomac et le bas ventre- AccoutumanceVous n’avez pas envie de droguer vos enfants même sur ordonnance ? Alors dites non à la Ritaline et à ses dérivées.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias