Les scandales d'Agde et du Cap d'Agde a actualisé son statut.

Électricité, assurances, tabac, péages… La liste des augmentations tarifaires est longue. Chez nous, la barrière du village naturiste ne fait pas exception, bien au contraire : le 19 décembre 2017, le conseil municipal entérinait ainsi une « revalorisation des tarifs d’entrée » très supérieure aux hausses qui entament chaque année le pouvoir d’achat. Résultat ? Une augmentation qui, selon la carte

Les scandales d'Agde et du Cap d'Agde a actualisé son statut.

4 mars, 15:36 ·

VILLAGE NATURISTE : LE PÉAGE EN FORTE HAUSSE

Électricité, assurances, tabac, péages… La liste des augmentations tarifaires est longue. Chez nous, la barrière du village naturiste ne fait pas exception, bien au contraire : le 19 décembre 2017, le conseil municipal entérinait ainsi une « revalorisation des tarifs d’entrée » très supérieure aux hausses qui entament chaque année le pouvoir d’achat. Résultat ? Une augmentation qui, selon la carte d’accès sélectionnée, varie de + 9 % à + 50 %. En comparaison, les sociétés d’autoroute font figure de petits joueurs. Revue de détail.

PAYER POUR RENTRER CHEZ SOI
Pour les résidents extérieurs, à l’exception du tarif « piétons » à la journée autorisant un seul passage entre 8 h 00 et 20 h 00 et qui reste à 8 €, tous les autres tarifs augmentent : + 50 % pour sept jours, + 42,8 % pour 14 jours, + 37,5 pour 21 jours, + 33,3% pour 28 jours, et + 22,2 % pour le forfait saison « Piétons ». Si vous souhaitez accéder au village en voiture, la note sera également salée : de 11 à 23 % selon la durée du séjour.
Les « résidents intérieurs » ne sont pas épargnés : de passage ou habitant à l’année, il leur faudra débourser + 9 % à + 50 % selon les cas (voir le détail sur les trois pages des tarifs comparés). On peut surtout se demander pour quelle raison les résidents, qui s’acquittent déjà d’impôts locaux conséquents, doivent s’acquitter d’un péage avant d’accéder à leur logement.
De surcroît, il convient de s’interroger sur la cause de ces hausses importantes : plus d’argent entre dans les caisses de la ville, mais pourquoi faire ? De nombreux abonnés se plaignent de l’état des routes et des trottoirs défoncés, de l’insécurité, du tapage continu, de la fréquence insuffisante du ramassage des ordures ménagères et d’une certaine tolérance vis-à-vis des stationnements anarchiques qui gênent la circulation en général, et l’accès des véhicules de secours en particulier.
En bref, les fonds récoltés jusqu’à présent par la barrière du village naturiste n’ont guère profité aux habitants.

QUAND C’EST FLOU…
Les 4 et 7 juillet dernier, Les Scandales d’Agde et du Cap d’Agde avaient analysé dans deux articles les comptes de la barrière, mettant en lumière un certain flou entourant les revenus générés par ce péage urbain. Or, les habitants du quartier contribuent, par ces droits de passage, à l’augmentation des recettes de la ville.
Comment, dès lors, ne pas s’étonner que la nouvelle brochure, « Agde Ambition 2020 », fasse l’impasse sur les projets d’avenir du village naturiste ? Un vide pour le moins inquiétant lorsqu’on connaît le mauvais état dans lequel il se trouve.
De toute évidence, l’amélioration des conditions de vie dans le village naturiste ne fait pas partie des priorités de Gilles d’Ettore. A l’inverse, ses choix consistent à piocher encore et toujours dans la poche des Agathois et des touristes pour alimenter les recettes de la commune. Des recettes qui, d’après le budget primitif 2018, demeurent insuffisantes pour rembourser les annuités de la dette. Ici plus qu’ailleurs, la politique municipale est mise à nu

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.