Cap d'Agde , zone naturiste

http://teleobs.nouvelobs.com/articles/bidonnage-chez-les-nudistes-le-drole-de-droit-de-reponse-du-producteur

Bidonnage chez les nudistes: le drôle de droit de réponse du producteur

 

A la suite de la publication de notre article Bidonnage chez les nudistes, le producteur du documentaire, David Pierre-Bloch nous a fait parvenir le droit de réponse qui suit.

Le droit de réponse

“Le 14 avril 2011, vous avez publié un article intitulé Bidonnage chez les nudistes, critiquant de façon outrancière mon documentaire intitulé “Cap d’Agde : un été chez les naturistes” et diffusé sur NRJ12, alléguant sur ce dernier d’être composé de fausses informations du fait que certaines scènes auraient été reconstituées et insinuant à tort que certains des naturistes exerçant professionnellement en tant qu’acteurs de films X, ces derniers jouaient un rôle dans mon reportage.

Or, interrogé préalablement à la parution de votre article, j’ai fermement insisté sur le fait que la vocation de mon documentaire n’était pas de retransmettre au public une actualité immédiate, la reconstitution de certaines scènes n’ayant d’autre objet que de lui faire connaître un tel sujet d’information traité de manière approfondie, sans pour autant préjudicier à la véracité des faits, lesquels n’ont en aucune façon été altérés.

Le fait que les témoins qui ont été accepté d’être filmées à visage découvert se soient avérés être des acteurs de films X, n’altère en aucun cas la réalité des faits filmés, les naturistes appartenant naturellement à toutes catégories sociales et professionnelles sans distinction. Ainsi, mon intégrité et mon professionnalisme en tant que producteur de films documentaires ne saurait être mis en cause. »

Les naturistes appartiennent à toutes les catégories professionnelles, c’est une évidence. Notons simplement la surreprésentation de personnes travaillant dans le milieu du porno dans le documentaire de NRJ 12 (cinq acteurs et un “speaker officiel des salons de l’érotisme”). Malgré son “enquête approfondie”, nous constatons avec étonnement que le producteur ne découvrit qu’après coup l’activité professionnelle de plusieurs témoins de son doc. Par ailleurs, David Pierre-Bloch ne répond en rien aux questions soulevées par notre article. Ainsi comment expliquer que deux des protagonistes, Mallory et Halana, passent un soi-disant entretien d’embauche pour travailler dans une boutique de lingerie érotique, alors que l’une d’entre elles est la propriétaire du magasin et le patron, son mari? Comment expliquer que la présentation donnée par le documentaire d’une certaine Anne-Sophie ne corresponde en rien à la réalité, celle-ci affirmant par ailleurs sur son facebook avoir interprétée “un rôle d’improvisation libre” dans ce documentaire?

La réponse au droit de réponse, par Vincent Monnier pour TéléObs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.