Quel avenir pour le naturisme au Cap d'Agde ? Avec le maire actuel , aucun !

Le naturisme : Quel Avenir ?

Le naturisme : Quel Avenir ?

Membre du comité de quartier et du conseil syndical d'une copropriété située en village naturiste je connais depuis plus de  25 ans le village .
Nous sommes nombreux à avoir choisi cet endroit à l'époque ,car il tranchait de l'esprit trop militant "naturiste" que l'on trouvait dans les autres destinations du genre. L'aspect commerce du village était un atout . Il devient aujourd'hui , pour être trop ciblé "libertin" (échangiste serait plus adéquat) un handicap certain.

Ce choix , de quelques commerces, n'est pas sans conséquences sur la composition des vacanciers types où l'aspect familial tend à disparaitre avec le temps , entrainant une modification de la consommation et des services offerts.
Les services aux familles sont devenus quasi inexistants (même plus d'animation pour les jeunes sur la plage) Le vacancier célibataire n'est accepté dans aucune des boites du village, un comble de ne pouvoir s'amuser en vacances! Seul, le couple à droit de citer, et dans des conditions pour le moins éloignées de celles prévalant à la libération de la femme!  Le résident naturiste doit slalomer entre les voitures des visiteurs du soir. Les tenues arborées passées 20 heures ressortent plus de la panoplie vendue en sex-shop qu'à une tenue naturiste... 
Certes, comme tout Agde, le quartier naturiste est confronté à une forte demande immobilière et au besoin de moderniser les infrastructures ... vieilles de plus de 30 ans.

Néanmoins, de part sa destination "naturiste", ce quartier ne peut être traité comme un vulgaire quartier ordinaire de la ville. Nous réclamons en quelque sorte un "classement écologiste" de cette partie de la ville, afin de permettre un développement harmonieux, compatible avec la vie naturiste et non une bétonisation excessive , comme les réalisations anarchiques récentes hélas, le démontrent.
La mairie d'Agde ne s'y trompe pas, qui envisage la piétonisation du village et un "développement durable" du site. Mais le lobby immobilier et plus généralement commerçant est fort de ses possibilités d'investissements dans une optique à court terme.

Qui l'emportera ? Si les adeptes du naturisme ne sont pas capables de s'unir, la question risque d'être tranchée rapidement.  Or, chacun sait que l'immense majorité des vacanciers du village n'habite et ne vote pas sur la commune ( environ 300 résidents permanents seulement en hiver)... sans parler des nationalités étrangères. On voit mal une mobilisation massive! 

L'orientation ne peut donc être impulsée que par un choix "politique" (mais non politicien) des élus municipaux.
En seront-ils capables ?  

Alain GENEVOIS

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.