Quand des journaleux ont une vision bien restreinte du Cap d'agde !

Quand un journaleux espagnol veut faire le buzz au mépris d'une réalité bien plus complexe !

Cap d’Agde : capitale mondiale des vacances coquines 

Publié par Axelle Boissay le Jeudi 27 Juillet 2017 : 17h36

 

Cap d’Agde : capitale mondiale des vacances coquines ?

 

Le site "El Espanol" a surnommé le Cap d’Agde "capitale mondiale des excès" dans un article sur les pratiques coquines de la première commune naturiste de France. Ces journaleux ont oublié que le Cap d'Agde c'est d'abord près de 300 000 touristes et des centaines de boîtes qui n'ont rien à voir avec les 500 ou 1000 exhibitionnistes qui occupent illégalement une partie de la plage naturiste !...ou des trois boîtes échangistes minuscules ! ...

 

Le Cap d’Adge est une station balnéaire située dans l’Hérault. En harmonie avec la nature,(si le béton est en harmonie avec la nature !) il possède son propre village naturiste. Destination familiale pour l'énorme majorité des touristes et vacances dénudées pour d’autres, cette station convient à toutes les envies et à tous les âges. Le site espagnol El Espanol en décrit le mode de vie particulièrement libre pour une minorité sans complexe et vergogne,véritable plaie des stations touristiques avec des mots crus. Située à seulement trois heures de Barcelone, la première commune naturiste de France accueille chaque été plus de 40 000 personnes.

Baptisée la "capitale mondiale du sexe"

David Lopez Frias, l’auteur de l’article, décrit un éventail d’activités à faire dans la station balnéaire comme par exemple "faire ses courses entièrement nu". Baptisée la "capitale mondiale du sexe" par le média numérique, le journaliste raconte comment certaines parties de la plage du camp naturiste sont le théâtre d'orgies libertines. Une "sexocratie" qui est comparée au roman de Marcel Proust : "Sodome et Gomorrhe". 

A lire aussi : Le Cap d'Agde : 5 choses qui ont contribué à la réputation sulfureuse de ce lieu

Une destination avec pour slogan : "sexe et nudité"

 

Cette destination héberge des clubs échangistes ainsi que des hôtels libertains. L’accès est néanmoins réglementé. Dès l’arrivée, une équipe se charge de faire remplir des formalités aux visiteurs dans lesquelles il est très clairement mentionné qu’il est interdit de prendre des photos ou vidéos au sein du village. Il faut également pratiquer le nudisme et verser une somme pour visiter le site. La plage fait environ 2 km de long et est séparée en trois parties : la première est réservée aux nudistes venus en famille, la seconde pour les échangistes et la troisième uniquement pour les personnes homosexuelles.

En vidéo sur le même thème : Les difficiles années du naturisme 

 

 

Publié par Axelle Boissay le Jeudi 27 Juillet 2017 : 17h36

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.