VA T-ON ACCEPTER CETTE INFAMIE, CETTE FORFAITURE ? !

LA MORT DE REMI FRAISSE NOUS FAIT VIOLENCE

      écrivait Sophie Wahnich quelques semaines après le drame de Sivens.

      La douleur de sa perte se redouble, après la décision de non-lieu des juges d'instruction toulousains,

     de la honte face à l'infamie de ce déni de justice.

     Quelle est donc la nature de cet Etat, et de cette magistrature qui manifestent cyniquement que la loi

     n'est pas la même pour tous, et qui, par leur décision même, reconnaissent le droit de tuer aux "forces de l'ordre " ?

     Dans cet Etat qui continue, d'année en année d'appauvrir sa substance et sa vitalité démocratiques,

     quelles forces se lèveront pour dénoncer la forfaiture ? 

      J'en ai la conviction, la réaction ou l'indifférence des forces politiques démocratiques et des organisations

     de défense des droits humains vaudront épreuve de vérité quant à l'état des ressources spirituelles dans ce pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.