Mises en garde d'une neurologue contre les masques : une fake-news?

Il serait souhaitable d'avoir un débat contradictoire dans les médias sur les effets du port du masque, en particulier pour les enfants. Mais les services de fact-checking servent (parfois) à discréditer les oppositions aux discours officiels.

 L'AFP taxe de fake-news, à renfort de plusieurs experts, les propos de la neurologue allemande Margareta Griesz-Brisson. Dans une vidéo, celle-ci mettait en garde contre les effets du port du masque, en expliquant que le cerveau humain est très sensible à la privation d'oxygène.
Pour autant, comme le confirme l'article de l'AFP, Margareta Griesz-Brisson possède bien un doctorat. Elle s'exprime sur un sujet concernant le cerveau, sa spécialité.
Peut-on alors dire que ses propos sont des informations erronées? N'est-ce pas seulement la présence d'une pluralité de points de vue scientifiques?
En tout cas, ni le fait que la vidéo soit devenue virale sur Internet, ni "l'attrait pour les médecines douces" (sic) de la neurologue allemande sont des critères pour juger de la crédibilité ou non de sa parole!
On peut ne pas être d'accord avec Margareta Griesz-Brisson, ou vouloir nuancer ses propos. Mais les taxer de fake-news montre une volonté d'empêcher un débat démocratique sur les effets du port du masque.

L'article de l'AFP nous apprend que le masque laisse passer l'oxygène (on s'en doutait, quand même). Néanmoins, tout.e citoyen.nne peut raisonnablement se poser les questions suivantes : est ce que porter toute la journée un tissu qui obstrue les 2 voies respiratoires que sont le nez et la bouche, n'empêche quand même pas une bonne oxygénation? Si le masque n'a strictement aucun effet de ce type, pourquoi selon les directives de l'éducation nationale, les élèves le portent-ils toute la journée sauf lorsqu'ils font du sport? Même si la diminution de l'apport en oxygène est faible, peut-on affirmer qu'elle n'a pas de conséquences sur le long terme, notamment pour les enfants?

A propos de médecine douce justement, n'importe quel professeur de yoga ou sophrologue vous vanteront les effets positifs pour le corps et l'esprit d'une bonne respiration.

Les symptômes décrit par le Docteur Griesz-Brisson que sont "les maux de tête, la somnolence, les vertiges, les problèmes de concentration, le ralentissement du temps de réaction" ne peuvent être causés par le port du masque chirugical ou en tissu, d'après un expert cité par l'AFP. Dans ce cas, au moins pour les maux de tête, comment expliquer tous les témoignages de personnes qui s'en se plaignent quand ils.elles portent le masque?

Si on veut limiter l'adhésion des personnes aux fake-news, plutôt que de tenter de discréditer, sur certaines questions, toute opposition au discours dominant, les grands médias -et le gouvernement- pourraient faire preuve de plus d'honnêteté. 

Concluons avec cette lettre ouverte , non encore publiée dans la presse, alertant sur les effets délétères du port du masque pour les enfants. Les 150 professionnels français de la santé qui la signent (infirmières et médecins principalement) se gardent d'entrer dans un débat trop technique mais affirment :"l’importance d’une bonne oxygénation, en particulier pour un cerveau en plein développement, apparaît comme une nécessité impérieuse." Gageons que devant le nombre de signataires, l'AFP ne les accusera pas de véhiculer des fake-news.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.