Non, l'opposition au port du masque dès 6 ans n'est pas anti-républicaine!

Lettre ouverte au syndicat d'enseignant.e.s UNSA

Chers enseignant.e.s, 

Je tiens tout d'abord à vous exprimer mon soutien dans vos demandes et ma sympathie en ces circonstances particulièrement anxiogènes et inconfortables.

Dans un communiqué paru sur le site de votre syndicat , vous parlez d'une contestation organisée de parents qui refusent le port du masque pour leurs enfants, en les qualifiant de groupuscules alliés à une personnalité anti-républicaine ou de complotistes.  

A ce jour, il faudrait évoquer aussi le recours  devant le conseil d'état d'un collectif de 11 avocat.e.s. Spécialisés en droit public, droit social ou encore droits des étrangers..., ils travaillent à titre grâcieux à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant. Pour information, certains de ces avocats font aussi partis du collectif Black Robe Brigade se mobilisant contre la loi de sécurité globale.

Sociologue de formation, j'ai lu les pétitions, lettres des parents, messages sur les groupes FB, discutés avec ceux de mon école, épluché la presse régionale... Les raisons de l'opposition des parents au port du masque pour les enfants tournent autour de 3 thèmes , dont aucun n'est anti-républicain :

- Arguments médicaux et scientifiques

Importance de la contagiosité des enfants non tranchée
Efficacité des masques pour les enfants non prouvée 
Effets négatifs relevés par des médecins, psychologues, pédiatres, orthophonistes...

Les parents pensent que la balance bénéfice/risque n'est pas en faveur du port du masque pour les enfants. 

Pour ma part, j'ai crée une revue de presse  des professionnels de santé s'opposant à la mesure, grâce notamment aux articles transmis par les parents. 


-Questions éthiques et pédagogiques 

La mesure s'ajoute à un climat déjà anxiogène pour les enfants et leur fait porter une trop lourde responsabilité.
L'efficacité du masque n'est possible qu'au prix d'une discipline considérable. 
Les parents reconnaissent la situation sanitaire mais elle ne doit pas empêcher de penser la pertinence et les limites des mesures à prendre. 

Sur ce point, je vous conseille la lecture de la lettre des parents de l'école publique de Saillans. 

Egalement, les parents notent déjà des dérives individuelles liées à la mise en place de la mesure : comportements peu adaptés d'enseignants vis à vis d'enfants (cela ne concerne très certainement qu'une minorité), directeurs d'écoles incités à dénoncer les parents réfractaires au rectorat. 

Le port du masque par les enfants contribue à tendre les relations, qui l'étaient déjà parfois, entre enseignants et parents . 

- Analyse politique 

Je donne ici la parole à une mère de famille girondine, qui a déposé avec d'autres parents un recours devant le conseil d'état: 
"On sait que la problématique principale de cette épidémie, c’est le fait qu’on ne puisse pas accueillir toutes les personnes qui seraient malades ou en insuffisance respiratoire en réanimation, et donc du coup il faut limiter le nombre de cas. Sauf que moi je n’ai pas envie que ma fille, à cause de ça, à cause des gouvernements successifs, qui ont pris la décision de faire fermer des lits d’hôpitaux soit le dindon de la farce de tout ça."
 

***


Il n'est pas rare que des mouvements anti-républicains s'emparent de contestations justifiées, en leur apportant des réponses démagogiques et populistes. Quant au complotiste, il est en partie le fait d'une information médiatique parfois tronquée et n'est pas spécifique aux parents s'opposant à la mesure. 

Parents, enseignants, réclamons de concert plus de moyens pour les écoles, pour des classes dédoublées qui permettraient aux enfants de ne porter le masque que dans les couloirs




Une mère qui souhaite défendre les valeurs de l'école publique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.