Alan Confesson
Docteur en science politique
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2019

Présidentielle ukrainienne : le poids de la géographie électorale

Si Volodymyr Zelensky a fait la démonstration de sa capacité à conquérir des électeurs dans toute l'Ukraine, les résultats de ses adversaires tendent à démontrer une re-polarisation du pays

Alan Confesson
Docteur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un paysage politique instable et morcelé

Avant que les évènements de la place Maïdan surviennent en 2013 et que la guerre civile n'éclate, l'Ukraine connaissait une vie démocratique à peu près stabilisée : le pays était littéralement coupé en deux, entre un Est pro-russe largement acquis au président déchu Viktor Ianoukovytch et à son Parti des régions, et un Ouest pro-européen acquis aux leaders de la "révolution orange", Viktor Iouchtchenko et Ioulia Tymochenko.

Le départ forcé de Ianoukovytch a totalement rebattu les cartes. Le camp pro-russe est annihilé, et Petro Porochenko, candidat activement soutenu par la quasi-intégralité du camp pro-occidental et par les États-Unis, très impliqués dans le conflit, remporte la présidentielle de 2014 dès le premier tour. Il est plébiscité à l'Ouest et profite d'une abstention massive à l'Est ainsi que l'absence d'organisation du scrutin en Crimée, annexée par la Russie, et dans la partie des régions de Donetsk et Louhansk sous contrôle des séparatistes pro-Russie.

Le mandat de Porochenko a été de l'aveu quasi-général une catastrophe. La situation économique du pays s'est dégradée et le président en exercice s'est livré à une dangereuse escalade guerrière avec la Russie, enlisant le conflit dans le Donbass oriental. La belle unité des partisans de l'Euromaïdan s'est rapidement disloquée, chacun y allant de son petit parti politique. Dès les élections législatives de 2014, Poroshenko est contesté dans son propre camp et doit composer avec d'encombrants alliés.

Pendant de longs mois, c'est l'inaltérable Ioulia Tymochenko qui semble devoir faire office de recours : elle est donnée largement en tête des sondages d'intentions de vote, au détriment de Porochenko. Puis la candidature du comédien Volodymyr Zelensky a totalement rebattu dans les cartes dans un contexte de dégagisme maintes fois décrit.

Une géographie électorale en voie de recomposition

Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle consacrent le triomphe de Volodymyr Zelensky qui finit très largement en tête du premier tour avec plus de 30 % des suffrages exprimés. Le redressement de la participation dans les régions orientales lui a fortement profité : il dépasse les 40 % dans les oblasts (régions) de Zaporijia, Dnipropetrovsk, Mykolaïv et Odessa, qui comptent de nombreux locuteurs russophones et où le sentiment de nationalité russe est élevé. L'Ouest a été nettement plus rétif à sa poussée, avec des résultats qui le situent le plus souvent en tête mais en-dessous de sa moyenne nationale si l'on fait abstraction de la région de Transcarpatie, peuplée d'une forte minorité ruthène peu favorable au nationalisme ukrainien incarné par Porochenko, ainsi que la région de Tchernivtsi, où subsistent d'importantes populations roumaines et moldaves. Zelensky semble donc avoir fait office de recours pour tous ceux qui n'acceptent pas la fuite en avant du gouvernement en place dans le conflit avec la Russie et l'affirmation d'un nationalisme ukrainien par trop inclusif. S'il reste pro-européen, Zelensky a en effet à plusieurs reprises pris position contre les réformes minorant l'importance de la langue russe dans la société ukrainienne, et affirme clairement vouloir parvenir à une solution de paix avec Vladimir Poutine.

Zelensky n'est en revanche pas parvenu à séduire l'Ukraine occidentale à majorité catholique : la région d'Ivano-Frankivsk a placé Ioulia Tymochenko en tête, tandis que les régions de Lviv et de Ternopil ont plébiscité Petro Porochenko en lui accordant parfois des résultats représentant le double de sa moyenne nationale. Porochenko s'est également imposé dans quelques quartiers de la capitale, Kiev, où il bénéficiait du soutien du maire, Vitali Klitschko. La stratégie de Porochenko a donc été payante sous certains aspects : en multipliant les discours belliqueux, antirusses et nationalistes, il a su fédérer la partie de la population ukrainienne la plus favorable à ce type de discours, lui assurant un socle minimum permettant sa qualification au second tour. Mais dans le même temps, il s'est aliéné, peu ou prou, tout le reste des ukrainiens. Avec moins de 16 % des suffrages exprimés, sa victoire semble compromise, d'autant que ses réserves de voix sont maigres : les multiples autres héritiers d'Euromaïdan, comme Anatoliï Hrytsenko (6,9 %), Ihor Smechko (6 %) ou encore le controversé Oleh Lyashko (5,5 %), tous vétérans usés de la maintenant bien lointaine "révolution orange", sont confinés aux marges, et les 13,4 % de Ioulia Tymochenko, qui s'est affirmée en farouche opposante ces derniers mois, ne lui sont pas forcément acquis. Enfin les électeurs ayant voté pour les candidats pro-Russie ne lui feront pas de cadeaux.

Candidat arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle ukrainienne de 2019, par circonscription

Il est en effet intéressant de constater à quel point les parties des régions de Donetsk et Louhansk restées sous contrôle du gouvernement central demeurent envers et contre tout hostiles à ce dernier : elles placent largement en tête de leurs votes Iouri Boïko, pourtant arrivé quatrième sur l'ensemble du pays avec moins de 12 % des suffrages exprimés. Cet ancien membre du Parti des régions, fervent des défenseurs des intérêts de la minorité russophone, obtient plus de 30 % des voix à Donetsk et de plus de 40 % à Louhansk. Compte tenu de la situation de guerre civile dans ces régions, ces résultats donnent une assez bonne indication de l'opinion des habitants sur le conflit : un rattachement à la Russie s'impose sans doute comme une évidence pour bon nombre d'entre eux. Boïko atteint également un niveau élevé dans la région d'Odessa, qui comprend la plus forte proportion de locuteurs russophones après Donetsk et Louhansk. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la division du camp pro-Russie a peut-être privé ce dernier de second tour : la candidature concurrente d'Oleksandr Vilkoul, lui aussi ancien membre du Parti des régions et du "Bloc d'opposition" qui lui a succédé, recueille un peu plus de 4,1 %. Soit un total de 15,8 %... Alors que Porochenko n'a rassemblé que 15,9 % des suffrages exprimés !l

Cette repolarisation du pays, à ses deux extrémités, sur des options politiques irréconciliables, impose un défi à Zelensky, qui devra faire la démonstration de sa capacité à construire une sortie par le haut au marasme actuel. Son élection au second tour faisant peu de doute, il s'agit maintenant de savoir précisément quel est le projet politique de cette candidature jusqu'alors essentiellement satirique et antisystème.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii