Alan Confesson
Docteur en science politique
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2016

Le premier tour de l’élection présidentielle française pourrait être très ouvert

A l’approche de l’élection présidentielle, les sondages d’intentions de vote se multiplient. Le flou entourant encore l’offre électorale du premier tour incite les instituts à tester de multiples scénarios. Certains révèlent que le premier tour pourrait être très ouvert dans certains cas de figure, loin de la certitude d’un duel opposant le candidat LR à Marine Le Pen.

Alan Confesson
Docteur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La dernière enquête de l’institut Elabe (pour Les Echos et Radio Classique, 22 septembre 2016) est éloquente de ce point de vue.

En effet les instituts de sondage français prennent généralement le parti pris de présenter les résultats de leurs enquêtes d’intentions de vote sous forme de chiffres redressés, la plupart du temps en fonction des résultats des élections précédentes. Or, la simple lecture de la notice de l’enquête suffit à apprendre que cette clé de lecture n’est pas pleinement satisfaisante. Pour son sondage, Elabe avertit le lecteur dès la quatrième page :

Les rapports de force électoraux présentés dans ce document sont calculés sur la base des personnes ayant exprimé une intention de vote et se disant certaines ou quasiment certains d’aller voter, soit 500 à 600 personnes selon les hypothèses présentées dans ce document. Ainsi, pour un pourcentage observé de 25 %, la marge d’erreur est au maximum de +/- 3,8 points avec un niveau de confiance de 95 %. Ceci signifie que pour un résultat à 25 %, il y a 95 % de chances pour que le résultat réel soit compris entre 21,2 % et 28,8 %.

Comme vous pouvez le constater, la marge d’erreur est donc considérable ! Quand deux candidats se détachent nettement des autres, cette précaution de lecture peut paraître superflue. Mais quand les résultats sont serrés, c’est une toute autre histoire !

Prenons par exemple l’hypothèse 4 d’Elabe, avec Nicolas Sarkozy comme candidat LR, opposé à Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, François Hollande, Nicolas Dupont-Aignan, Cécile Duflot, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou. Confrontés à cette hypothèse d’offre politique de premier tour, les répondants expriment des intentions de vote qu’Elabe présente de la façon suivante :

-        Marine Le Pen 25 %

-        Nicolas Sarkozy 18 %

-        Emmanuel Macron 15 %

-        Jean-Luc Mélenchon 15 %

-        François Hollande 12,5 %

-        François Bayrou 8 %

-        Les autres candidats obtenant des intentions de vote inférieures ou égales à 3 %.

C’est une manière de présenter les résultats. Mais il y en a une autre. Ces intentions de vote peuvent aussi être présentées sous forme de fourchettes. En nous fiant au tableau de marges d’erreurs fourni par Elabe, les résultats peuvent aussi être présentés de cette façon :

-        Marine Le Pen : entre 21,2 et 28,8 % d’intentions de vote

-        Nicolas Sarkozy : entre 14,5 et 21,5 %[1]

-        Emmanuel Macron : entre 11,9 et 18,1 %

-        Jean-Luc Mélenchon : entre 11,9 et 18,1 %

-        François Hollande : entre 9,4  et 15,6 %

-        Aucun autre candidat n’est en mesure d’accéder au second tour

En somme, si un second tour Le Pen/Sarkozy est du domaine du possible, d’autres scénarios de second tour sont crédibles. Marine Le Pen est assurée d’être présente au second tour, car un seul candidat, Nicolas Sarkozy, obtient un potentiel maximum d’intention de vote dépassant son propre minimum potentiel. Mais le challenger de la candidate d’extrême-droite peut tout aussi bien être Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou François Hollande. Pourtant, dans le sondage en question, aucun scénario de second tour Le Pen/Macron, Le Pen/Mélenchon ou Le Pen/Hollande n’est testé… Cela aurait pourtant sans doute été intéressant !

Le résultat de la primaire de la droite pourrait donc avoir de lourdes conséquences pour le déroulement de l’élection présidentielle en elle-même. Lorsqu’il teste la candidature d’Alain Juppé sans la concurrence de François Bayrou, le candidat LR obtient 26 % des intentions de vote, contre 27 % à Marine Le Pen, 14 % à Emmanuel Macron, 13 % à Jean-Luc Mélenchon et 12 % à François Hollande. Dans ce cas de figure, même avec la prise en compte des marges d’erreurs, seuls Marine Le Pen et Alain Juppé sont assurés d’être présents au second tour. On peut en déduire l’hypothèse qu’une victoire de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite pourrait indirectement servir les intérêts d’Emmanuel Macron, de Jean-Luc Mélenchon ou de François Hollande.

Intentions de vote sondage Elabe du 26 sept 2016, avec prise en compte des marges d'erreur

[1] Elabe ne communiquant pas de marges d’erreurs pour un résultats de 18%, nous avons retenue celle du résultat le plus proche pour lequel cette information est donnée, soit 20 %. Pour François Hollande, c’est la marge d’erreur correspondant à 15 % qui a été retenue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB