COVID19 : le masque en tissu est-il une sécurité ?

En ces temps d'absence de masques de protection validés, nous nous tournons vers des solutions faites maison. A tort ou à raison ? A ce jour, il n'existe que peu d'articles scientifiques sur le sujet. Voici un aperçu.

Face à la transmission du SARS-Cov2, nous avons besoin de sécurité et de matériels de protection.

Les professionnels de santé, bien évidement et en premier lieu mais le public également.

Il existe de nombreux facteurs à la réussite de la Corée du Sud, du Japon, de Singapour ou de Taïwan. Toute personne ayant voyagé en Corée du Sud ou au Japon aura été frappé de l'hygiène et la distanciation sociale, deux éléments-clés. Mais sur tout, tout le monde porte un masque.

En Europe, on en manque et on justifie la nécessité des masques par leur absence.

Alors, système D, on fabrique à la maison des masques en tissu.

Ils ne sont pas homologués ni testés, alors sont-ils efficaces ? Procurent-ils une protection suffisante ?

1/ Un premier est disponible ici.

L'étude avait comparé la protection offerte par les masques en tissu et les masques médicaux dans le cadre de la protection du personnel médical.

Leur résultat est sans appel en défaveur des masques en tissu dans le domaine de la santé. Ces masques ne filtrent que très partiellement les particules testées (différents virus).

2/ Un second article, date de la semaine dernière, est disponible ici.

De part la pénurie actuelle de masque, l'étude s'est intéressée à l'efficacité de la filtration par diffusion aérosol de particules des masques en tissu.

Ils ont évalué la filtration offerte par différents tissus ou combinaison de tissu : coton, soie, du synthétique...

Ils montrent que du coton à maille lâche ne sert à rien. Avec une maille serrée, la filtration des particules inférieures à 300 nm (comme les virus) atteint 65% (pas terrible). Pour info, les masques médicaux atteignent 97%. Les tissus en coton pour couette monte à 80%.

Surtout les auteurs montrent que lorsque le masque comporte une couche de coton et une seconde d'un autre matériau (soie ou flanelle), la filtration des particules inférieures à 300 nm (comme les virus) dépasse les 80% et même 90% pour les particules de tailles supérieurs. Ils font aussi bien que les masques de norme N95.

3/ Deux autres études sont disponible ici, et là. Elles comparent les masques professionnels et faits-maison.

Leur conclusion est que les masques professionnels procurent évidemment une meilleure protection que les faits-maison.

Ils ajoutent néanmoins et je pense que c'est le plus important : il vaut mieux porter un masque qui procure peu de protection que pas de protection du tout.

Pour imager un peu cela, disons que si tout le monde se promène tout nu dans la rue et que quelqu'un vous pisse dessus, vous serez trempés. Si vous portez un pantalon, certes vous serez mouillés mais un peu moins !

_______

En raison de la pandémie actuelle et du manque de dispositifs de protection, les auteurs de la première étude croulent sous les demandes de renseignement et de conseils. Ils ont communiqués sur le sujet, il y a un mois.

Concernant le personnel médical, il ne doit en aucun cas travailler sans protection et le choix ne doit pas se faire entre porter un masque en tissu ou pas de masque. Soit le personnel médical a droit à une protection de qualité médical soit il ne doit pas travailler ! C'est de la mise en danger.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.