Covid19 : pouvoir neutralisant des anticorps induit par vaccination Pfizer

Résumé des résultats d'une étude du 3 juin 2021 dans Lancet

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)01290-3/fulltext

L'article évalue le pouvoir neutralisant des anticorps produits suite à une immunisation par la vaccination Pfizer. Le vaccin a été élaboré contre le Spie du virus souche (wild-type).

  • D614G : souche majoritaire depuis le printemps 2020
  • B117 : variant britannique
  • B1351 : variant sud-africain
  • B1617.2 : variant indien

Pour un rappel sur les tests de neutralisation, anticorps neutralisants ou les concepts d'anticorps, virus...

  • La figure ci-dessous montre le pouvoir de neutralisation (IC50) des anticorps produits pour chaque variant chez des personnes vaccinés (2-doses Pfizer). Il s'agit d'un échelle logarithmique (ca tasse les différences). L'IC50 chute pour les variants indien B1617.2 et sud-africain B1351. Surtout, il y a des personnes (carré rouge) qui ne neutralisent rien du tout ! (valeurs < 40).

IC50 et variants © Wall et al, Lancet 2021 IC50 et variants © Wall et al, Lancet 2021

  • La figure ci-dessous montre le pouvoir de neutralisation (IC50) des anticorps produits en fonction de l'âge des personnes vaccinés (2-doses Pfizer) pour chaque variant. Il s'agit d'un échelle logarithmique. L'IC50 diminue avec l'âge et très fortement pour les variants indien et sud-africain. Globalement la réponse contre les variants indien et sud-africain est faible. A tel point que l'IC50 des jeunes (20 ans - population qui possède le système immunitaire puissant) est comparable à celui des âgés (80 ans - population avec un système immunitaire faible) (cercle rouge). On voit aussi que même des 40naires ne neutralisent pas les variants indien et sud-africain (carré vert).

IC50, âge et variants © Wall et al, Lancet 2021 IC50, âge et variants © Wall et al, Lancet 2021

  • La figure ci-dessous compare le pouvoir de neutralisation (IC50) des anticorps chez des personnes vaccinés (2-doses Pfizer) 25 jours et 100 jours après la 2e injection pour chaque variant. On observe que l'IC50 baisse avec le temps et même rapidement (seulement 75 jours d'écart) chez tous les participants en comparaison avec la réponse à 25j (sauf chez 1 personne).

Comparasion de l'IC50 et variants, 25 et 100 jours après la 2e dose © Wall et al, Lancet 2021 Comparasion de l'IC50 et variants, 25 et 100 jours après la 2e dose © Wall et al, Lancet 2021

  • La figure ci-dessous compare le pouvoir de neutralisation (IC50) des anticorps chez des personnes vaccinés 1 dose et 2-doses Pfizer. Chez les 1 dose, l'IC50 est bien faible. Surtout il y a beaucoup de personnes qui ne neutralisent pas du tout aucun variants. Pour les variants indien et sud-africain, une vaccination avec 1 dose ne sert quasiment à rien. A peine mieux contre le britannique.

Comparasion de l'IC50 et variants, chez des vaccinés 1-dose vs 2-doses © Wall et al, Lancet 2021 Comparasion de l'IC50 et variants, chez des vaccinés 1-dose vs 2-doses © Wall et al, Lancet 2021

  • La figure ci-dessous représente autrement les résultats de la figure précédente. La part de bons neutraliseurs (>256) est très faible même après 2 doses de vaccins contre les variants indien et sud-africain (carré vert). Pour les vaccinés avec 1 seule dose, il y a principalement que de mauvais neutraliseurs (<40, rouge rouge) concernant les variants indien et sud-africain, et même britannique.

Comparasion de l'IC50 et variants, chez des vaccinés 1-dose vs 2-doses © Wall et al, Lancet 2021 Comparasion de l'IC50 et variants, chez des vaccinés 1-dose vs 2-doses © Wall et al, Lancet 2021

Conclusion :

Il vaut mieux être vacciné que ne pas l'être.

Cependant, ce n'est pas ce vaccin qui va nous ramener dans le monde d'avant.

Maintenez les gestes barrières et surtout le port du masque, si possible FFP2. Evitez les brassage inutiles. On se dirige probablement vers un automne similaire à celui 2020.

Au Royaume-Uni, plus de 70% des cas sont désormais des infection par le variant indien. En l'espace de 2 mois, ce variant y a supplanté le variant britannique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.