Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2021

Covid19 : étude singapourienne sur Delta

Je présente dans ce billet les résultats d'une étude rétrospective à Singapour comparant le devenir de patients infectés par différents variants (Alpha Beta et Delta) à la souche initiale de début 2020. Surtout, elle apporte des informations quant à la charge virale et donc la contagiosité de ce variant.

Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cliquer ici pour lire l'étude rétrospective à Singapour en pre-print (acceptée, en cours de publication) dans Lancet.

Cette étude s'est intéressée au devenir (gravité) et à la charge virale des personnes infectées par différents variants.

Gravité

Le variant Delta (B.1.617.2) est associé à de plus fortes chances (x 4,9) de nécessité d’oxygénation, hospitalisation en soins intensifs et de mortalité (que la souche initiale). Cette (mal-)chance n’est que de x2 pour alpha (britannique B117) et beta (sud-africain).

Tableau comparatif de la gravité © Ong et al 2021 Lancet

Charge virale

Après infection, le virus se multiplie dans nos cellules, la charge virale augmente. Quand notre système immunitaire reprend le contrôle, le virus est combattu et donc la charge virale diminue. Ainsi en ne testant une personne qu’une seule fois dans le temps, il n’est pas possible de déterminer si la personne est au début ou bien à la fin de l’infection.

Par PCR, on cherche à détecter la présence d’ARN viral (donc de virus) dans l’échantillon. Lors d’une première étape, l’ARN de l’échantillon est d’abord transformé en ADN double brin. Puis la PCR proprement dite débute : on effectue des cycles d’amplification. A chaque cycle de PCR (Ct), une enzyme synthétise la portion de génome visé (si elle est présente dans l’échantillon). Ainsi à chaque cycle de PCR, on double la quantité présente initialement dans l’échantillon. Dans le réactif de la PCR, il y a une sonde lumineuse qui émet de la lumière selon la quantité de matériel amplifié. C’est cette lumière qui est détectée par la machine et qui permet de dire à quelle valeur de Ct, l’échantillon donne un signal. Evidemment, il y a un contrôle négatif (échantillon sans virus) et un contrôle positif (échantillon dont on connaît la quantité de virus présente). Plus il y a de séquences cibles (de virus) dans l’échantillon, plus le nombre de cycles nécessaires pour avoir un signal détectable sera faible. Moins il y a de virus dans l’échantillon, plus la valeur de Ct sera élevée.

Dans cette étude, les chercheurs ont mesuré tous les jours par PCR l’évolution de la charge virale des individus infectés pour chaque variant.

Dans le cas de Delta, on observe en début d’infection que la charge virale de la personne infectée est en moyenne 3 Ct plus faible que qu’une personne infectée par Alpha ou Beta. Cela signifie que les mutations dans la séquence de Spike se traduisent biologiquement par une charge virale 10 fois plus élevée pour Delta (comparé à Alpha/Beta) et explique pourquoi Delta est si transmissible ! A chaque postillon, à chaque crachat mais surtout à chaque expiration (nuage aérosol), une personne symptomatique comme asymptomatique relargue x10 plus de virus qu’un infecté par Alpha ou Beta. L’écart de Ct est d’environ 9 comparé au virus initiale (début 2020), c’est-à-dire une charge virale environ x1000 plus élevée !

Nombre de cycles (Ct) selon le jour après apparition des symptômes © Ong et al 2021 Lancet

Une autre point est important dans cette étude est l’ "élimination" de charge virale (shedding). Dans cette étude, les auteurs considèrent qu’une valeur de Ct =< 30 est indicative de la possibilité d’infection. (Valeur restreinte car une étude avait montré l'année dernière (je ne retrouve plus la référence) que 8% des échantillons de patients de Ct>35 comportaient des virus capables de reproduction. C’est-à-dire que même au-delà de 35 Ct, des personnes peuvent être infectieuses).

Les valeurs médianes entre le début des symptômes et une charge virale détectée au-delà de 30 Ct pour le virus initial et les variants Alpha et Beta sont respectivement de 13, 14 et 15 jours. Par contre, il faut 18 jours pour Delta. C’est-à-dire qu’une personne sera infectieuse 4 jours de plus avec Delta qu’avec Aplha (britannique) : durée de contagiosité augmentée d’environ 30%.

Nombre de jours après apparition des symptômes pour atteindre 30 Ct (seuil considéré comme non infectieux) © Ong et al 2021 Lancet

Conclusion

Une personne infectée par ce variant Delta est infectieuse plus fortement et plus longtemps et a plus de chance de développer des formes graves que lors d’une infection par Alpha.

Bonus

Une étude publiée dans PNAS montre que la charge virale des personnes symptomatiques et asymptomatiques est similaire. La contagiosité des personnes est donc identique quels que soit les symptômes ou absence de symptome.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES