Alba Verrecchia
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2022

Présidentielles, 25 Aprile, et ironie du sort

Lundi 25 avril, l’Italie célébrait la Résistance et descendait dans les rues pour le soixante-dix-septième anniversaire de sa Libération. De l’autre côté des Alpes, un jour plus tôt, l’extrême droite française battait des records. Synthèse d’une amertume, ou pourquoi il est primordial d’avoir une conscience politique.

Alba Verrecchia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque j’ai rencontré l’œuvre d'Italo Calvino, il y a quelques années, j’ai aussi fait la connaissance de Pino. Pino, ou Pin pour la version originale, est un enfant de dix ans du Sentier des nids d’araignées. Un jour, Pino vole un flingue, se retrouve en prison, en sort, et par une suite de péripéties rentre dans la résistance, et quand on est résistant à dix ans, on n’est sans doute plus vraiment un enfant. L’histoire de Pino, c’est une brèche au travers de laquelle notre génération peut encore apprendre sur les partigiani, ces mêmes partigiani qui ne se distinguent pas par des qualités héroïques, mais par la fermeté d’un non ; des vraies gens qui ont pris le parti d’un monde plus juste. C’est parce que l’on peut aujourd’hui se prononcer pour la paix et contre la récurrence du fascisme qu’existe la célébration du 25 avril en Italie. C’est parce qu’on peut de nouveau descendre dans la rue librement pour s’exprimer et s'opposer qu’on le fait ; ne serait-ce que pour s’assurer qu’on le pourra encore.

Lundi dernier était bruyant et flou de fumigènes, bariolé de drapeaux. Sous les banderoles se sont avancés sur plusieurs kilomètres et ce, sur tout le territoire, des cortèges hétérogènes et multigénérationnels. Aussi, dans les messages véhiculés par les chants et les pancartes, se lovait une affirmation plus implicite. Celle de l'importance pour chacun•e d'avoir et d'entretenir une conscience politique propre. Il y a  du beau dans la manifestation, aussi bien dans le fait d'avoir des convictions que dans le souci de les défendre. Mais il y avait Lundi 25 avril autant de beau qu'il y avait d'ironie dans la situation politique transalpine. Le président sortant est réélu pour cinq ans, mais avec un record historique qui dépasse les 40% au deuxième tour Le Pen n'essuie pas de défaite. Cette année encore, les taux d'abstention étaient considérables : 28,2% au second tour, ce n'est pas sans rappeler les 28,4% des élections de 2002 qui opposaient Chirac et Le Pen père. En 2017, c'était 74% des 18-24 ans, 69% des ouvriers, et 68% de celleux qui gagnent moins de 1250 euros par mois qui s'abstenaient. Ainsi l'amertume jaillit tout d'abord d'un système qui crée de plus en plus de non-votants pour ensuite les invisibiliser, d'un système qui exige depuis plusieurs mandats le sacrifice du front populaire puisqu'il survit du vote utile, puis qui ferme les yeux sur l'importance de comptabiliser le vote blanc, d'un système selon lequel personne n'est responsable mais qui se tait consent. C'est peut-être ça la redondance de l'Histoire, le goût du 'déjà-vu', ou pour le moins celui du 'déjà-entendu' ; une rengaine qui a du mal à passer. 

Peut-être le Rassemblement National, ancien Front National, a-t-il été si souvent qualifié de parti fasciste qu'on a décrédibilisé le risque. Si le Front National fut bien créé par le mouvement ouvertement néofasciste Ordre Nouveau, le terme fasciste maintient un sens précis qu'il convient d'employer avec précision. La question quant à la justesse - ou non - de l'adjectif fasciste pour qualifier le parti semble avoir tant monopolisé le débat qu'elle a laissé l'espace nécessaire à une stratégie de dédiabolisation qui, aujourd'hui plus que jamais, porte dangereusement ses fruits. L'idée que l'Histoire se répète suggère une correspondance parfois bien trop ambiguë entre passé et présent qui exigerait presque de l'un et de l'autre qu'ils soient identiques. Si l'on s'en tient à l'analogie parfaite entre Front National et fascisme, on tombe rapidement dans la rhétorique du démentir ; autrement dit en énumérant toutes les raisons pour lesquelles le parti ne peut être décrit comme fasciste, on nie les raisons pour lesquelles il est fascisant. 

Si la politique est vraisemblablement la carotte qui fait avancer l'âne, les élections la promesse illusoire qu'on ne touche jamais du doigt, comment ne pas comprendre les 28,2% qui s'en détournent ? Et pourtant, l'intérêt à la politique ne pourra être vain ne serait-ce parce qu'il permet la critique, et qu'il permet, lorsqu'on descend manifester dans la rue, de savoir pourquoi. En témoignant d’une lutte partisane faite de doutes et d’acteur•rices ordinaires, de gens comme vous et moi, et même de gens comme Pin, Calvino traçait une trajectoire directe depuis l’histoire résistante vers aujourd’hui. Le portrait réaliste des résistants au fascisme et à l’Occupation en Europe nous confronte directement aussi bien à la banalité de ses protagonistes qu'à la versatilité avec laquelle l’Histoire peut effectivement reproduire une similarité de schèmes. A la veille des législatives qui prennent un tournant historique avec l'alliance des Insoumis et des Verts, là et toujours, la résistance, par celleux qui avertissent des grandes lignes et non de la symétrie, celleux qui se distinguent par un parti pris — celui, aujourd’hui, de l'esprit critique. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema