Alba Verrecchia
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juin 2022

Révocation de l'arrêt Roe v. Wade et « haut-de-gammisation » des droits humains

La révocation de l’arrêt Roe v. Wade provoque une légitime colère face à l’injustice laquelle s’est traduite par l’expression « pas en arrière ». Il semble toutefois que la décision de la Cour Suprême est d’autant plus inquiétante si on l’observe plutôt comme une progression — une progression vers une société de privilège toujours plus riche et toujours plus conçue pour exploiter les pauvres.

Alba Verrecchia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La menace planait depuis plusieurs semaines, mais y croyait-on vraiment ? Aussi bien que la société américaine s’est impliquée et identifiée au combat de Jane Roe (pseudonyme de Norma McCorvey), elle semble ne s'être jamais risquée à imaginer pleinement l’arrêt Roe v. Wade de 1973 comme un acquis. En effet, les années ont passé, le clivage déclenché par le procès entre pro-life et pro-choice ne s’est pas apaisé, et la violence du débat idéologique a convaincu les personnes pourvues d’un utérus que leurs droits n’étaient pas intouchables. En témoigne le Sénat de l'Alabama qui votait l'interdiction totale de l'avortement en 2019. Aussi, les mouvements de manifestations pro-choice avant même que soit prise et annoncée la décision de la Cour Suprême Vendredi dernier prouvent la constance et la persistance de la nécessité de défendre ses droits - d'être sur ses gardes, tout le temps. 

L'être-sur-ses-gardes découle de la compréhension d'un risque, celui perçu de la possibilité - à tout moment - du "pas en arrière". La rhétorique adoptée dans les médias comme dans les réactions particulières sur les réseaux sociaux fait écho à cette même idée de régression. France24 titre "Etats-Unis : avortement, le retour en arrière ?", un chapô de 20Minutes mentionne "L'Amérique revient près de cinquante ans en arrière", RadioFrance interroge: "Avortement, les Etats-Unis ramenés 50 ans en arrière ?". Et l'image est on ne peut plus juste. 

Avant la dépénalisation de l'IVG, les avortements clandestins se pratiquaient dans des conditions misérables de façon autonome ou par les faiseuses d'ange qui, de facto, n'avaient ni les connaissances ni les compétences nécessaires pour procéder à une telle intervention. On recense, au cours de l'Histoire, une multitude de techniques (précisons avant toute chose, pour le bien-être des lecteurices, que les exemples à suivre peuvent heurter la sensibilité des personnes plus exposées) telles que : le déclenchement d'une hémorragie intra-utérine par usage de substances toxiques comme (entre autres) le plomb, le mercure, l'arsenic..., des lavements répétés à l'eau de javel, des chocs provoqués volontairement (par 'accidents' volontaires de voiture, ou bien coups dans l'abdomen), ou encore la perforation des membranes grâce à un florilège d'objets pointus : aiguille à tricoter, tringle à rideau, pointe de ciseaux, ou cintre déplié qui deviendra le symbole du droit à l'avortement. Pénaliser l'avortement ne fait pas disparaître l'interruption volontaire de grossesse, cela la rend dangereuse. Déjà, au siècle dernier, l'avortement créait de profondes disparités entre les classes sociales parce qu'il fallait pouvoir se le payer l'aller-retour chez Lénine dans les années 20 (la RSFSR était le premier Etat à légaliser l'IVG). Mais aujourd'hui, la dynamique évolue.

Ainsi, s'il ne s'agit pas de nier la justesse de l'image du recul, il semble toutefois opportun de penser cette décision de façon contemporaine et de la recontextualiser dans notre époque afin de saisir pleinement la gravité de ses implications. En légalisant l'avortement, l'arrêt Roe v. Wade, tout comme la loi Veil en France, fait de l'IVG une pratique médicale et permet par conséquent au personnel médical et hospitalier d'être formé. La dépénalisation de l'avortement et son accessibilité (théorique) à tous.tes rend possible l'émergence de centres et services agréés. La grande différence avec le siècle dernier, lorsqu'il s'agit d'avortement, c'est donc qu'il y a désormais des personnes qui ont les compétences requises afin d'y procéder en sécurité et dans des conditions médicales et d'hygiène décentes. Ces médecins formés continuent d'exister aux Etats-Unis, et malgré les sanctions aberrantes maintenant encourues par les professionnel.les de santé dans certains Etats (5 ans de prison au Kentucky, 10 ans en Louisiane, jusqu'à 99 ans en Alabama...), dans certains autres reste la possibilité d'interrompre sa grossesse. Oui mais voilà : voyager d'un Etat à un autre à un coût, l'avortement idem (entre 300 et 1200 USD qu'il faut payer de sa poche selon cet article). A ce jour, l'avortement ne saurait être considéré uniquement comme une question d'égalité entre les genres. Il représente aujourd'hui plus que jamais un enjeu socio-économique de taille. 

Le fait est que pénaliser l'avortement aujourd'hui ne rend pas seulement l'avortement dangereux, il le rend cher. Il le rend dangereux, donc, pour les classes sociales qui n'en ont pas les moyens. C'est la raison pour laquelle la rhétorique du "pas en arrière" est à utiliser avec précaution. Il s'agit non seulement d'un pas en arrière pour le droit à l'avortement en soi, mais également d'une progression dramatique de l'exploitation des classes sociales les plus pauvres. Pénaliser l'avortement dans une société telle que la société états-unienne représente une évolution des clivages dus aux privilèges à travers la haut-de-gammisation des droits et la capitalisation sur les choix individuels (pensez qu'Amazon vend des pilules du lendemain à 50 dollars). L'avortement n'est pas rendu impossible, il devient un produit de luxe, un service réservé à des consommateurs avec des revenus élevés. Derrière le "pas en arrière" qui ne saurait être nié, se cache un "pas en avant" absolument abject vers une société conçue pour les plus riches, ou le contrôle du corps des classes ouvrières et défavorisées ainsi que leur objectification au profit du système économique ne se fait plus uniquement à travers le travail et la main-d'œuvre mais désormais également à travers la reproduction. La révocation par la Cour Suprême de l'arrêt Roe v. Wade doit par conséquent être reconnue, en plus d'un retour en arrière considérable, comme un levier alarmant sur le contrôle et l'exploitation des pauvres par la reproduction sociale forcée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain