Albane Buriel
Doctorante en sciences de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2015

Les voies du rêve, voix d'exodes (1) : sur la route de Djibouti

Les pieds abimés par le béton qu'ils empruntent depuis déjà de nombreux jours, ils marchent. Le soleil leur tape sur le visage déjà irrité par la fatigue extrême.

Albane Buriel
Doctorante en sciences de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les pieds abimés par le béton qu'ils empruntent depuis déjà de nombreux jours, ils marchent. Le soleil leur tape sur le visage déjà irrité par la fatigue extrême.


L'hostilité de l'aridité provoque cette soif terrible. La véritable soif qu'il est difficile d'arrêter, ne serait-ce qu'un instant dans ce long périple vers l'inconnu.
Le rêve de l'au-delà - l'extrême espoir, l'envie et le besoin d'une vie meilleure. Des routes empruntées depuis toujours, des réseaux connus de tous, le passage fait partie de l'histoire de ces terres. Il est le mode de vie de ces peuples, tribus nomades vivant de transhumances.
Comment se passer de ces pistes ouvertes, de ces chemins de possibles ? Les frontières récentes empêchent, divisent, privilégient, les uns et les autres alors que le mouvement fait partie des mythes, d'une histoire commune. N'est-ce pas simplement un changement sociétal imposé par des stratégies militaires et politiques niant l'essence des populations de ces terres ? On peut ainsi contrôler les flux humains dans cette zone du monde.
Les uns sont légitimes pour occuper les terres, les autres sont immigrés. Les uns profitent d'un statut, les autres sont de simples passagers clandestins, les autres sont illégaux. Les lois sont injustes. Hors la loi qui ne l'est pas. Elle est tyrannique pour ceux qui créent une norme qui leur semble dépasser les impossibles. Que font-ils, eux, rêveurs, lointains voyageurs, pour dépasser les freins de l'exil, taire leurs peurs, nier les douleurs au simple fruit de leur espérance. Comment peut-on condamner cela ?
Ces deux gamins d'une douzaine d'années sont là, au bord de la route quand nous les rencontrons, ils viennent d’Éthiopie, ils parlent amharique et balbutient quelques mots d'anglais. Ils sont perdus au beau milieu du désert, errant sur le seul chemin goudronné, là où il y a du passage. Ils marchent sous le soleil de plomb, se font trimbaler par des chauffeurs de poids-lourds, les grands usagés de cette route endiablée aux flux mercantiles intempestifs. Ils s'arrêtent, ils observent, personne ne les voit, personne ne veut les voir. Jusqu'où iront-ils ? Que cherchent-ils par leur exil ? Qu'y trouveront-ils ?
Nous sommes arrêtés sur le bas-côté de la chaussée pour admirer la vue panoramique du paysage lunaire, volcanique  et apocalyptique qui s'offre à nous. Ils sont là, nous sommes tous en mouvement. Une rencontre improbable. Ils ne sont pas farouches mais nous avons des difficultés à communiquer. Ils nous demandent de l'eau, simplement de l'eau. Ils ne demandent qu'à survivre !  J'allume une cigarette. Un des deux jeunes me fait le geste de sa demande, je le regarde fixement et la lui tend alors que nous sommes dans la voiture pour repartir. Je ne sais quelle projection incohérente, j'ai à ce moment-là. J'imagine probablement à cet instant, que cela constitue un espèce de subterfuge à la dureté des pas répétés. Je n'arrive toujours pas à dire si cela est bon ou mauvais. Je ne peux leur donner autre chose, les aviser, les soutenir par des mots. 
Nous continuons notre route, dans quelques jours, nous serons au camps de réfugiés d'Ali Adeh. Nous irons à la rencontre d'enfants dans le cadre du projet "Dessinons nos rêves", nous irons sur les terres enfermées où s'entassent quelques 17000 personnes, dont 2500 enfants scolarisés. Un autre monde.

Albane Buriel pour Les Ateliers du Rêve 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B