Mise au point/ Albert K./Octobre 2019

Albert K. est venu me donner de ses nouvelles ou plutôt me faire part de ses états d'âme. Je lui donne ma plume.

Le premier sentiment qui me vient c'est l'amertume. L'amertume d'une longue période de mon existence où j'étais complètement à côté, me construisant une situation, une vie qui avait l'air bien réelle mais qui ne l'était pas ou si peu. Depuis que je suis entré dans cette enquête, un peu malgré moi, la première information qui est apparue est bien celle là, je n'étais pas ce que je pensais être. Pas seulement en surface, comme cela peut arriver à tout le monde, mais aussi et surtout au plus profond de mon ADN. Cette histoire va me conduire à faire un retour sur tout un pan d'une vie qui pourtant avait l'air "normale" et rangée comme telle dans un tiroir de ma mémoire. Il va apparaitre qu'il n'en est rien, furtivement mais sûrement et inéluctablement. Oui inéluctablement. Qui souhaite en effet se remettre fondamentalement en cause, jusqu'au plus profond de son être, de son histoire, de ses constructions, de son passé, des siens et donc de soi ? C'est un travail douloureux, lent, sûrement destructeur mais aussi constructeur d'un nouveau soi, d'une nouvelle vision de soi et surtout des autres, dans mon cas. Oui peut-être que ma plus grande force aujourd'hui est bien celle-là, toutes les découvertes et bouleversements apparus à la lecture des enregistrements  et de leurs conséquences me confirment bien dans ce que je pensais être moi-même, ma personnalité, mes points forts et mes faiblesses, ma culture d'origine entrelacée avec ma culture adoptive, l'instruction que j'ai eu la chance de recevoir et de capter, les fondamentaux, mes fondamentaux sont bien là. Il n'y a pas d'erreur, je suis bien celui que je pensais être. Par contre le personnage créé par la vie, depuis l'origine jusqu'à mon mariage et toutes les années qui vont suivre, plus de vingt cinq ans après va apparaitre comme une erreur, comme une histoire falsifiée, peut-être depuis l'origine. C'est ce point qui va au fur et à mesure se substituer à la question initiale de l'enquête qui était : que se passait-il au 30 RGM ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.