albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

653 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2018

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Bataille de Stalingrad: une victoire malgré Staline.

Stalingrad le 2 février 1943, il y a 75 ans jour pour jour, les troupes du maréchal allemand Friedrich Paulus, encerclées par l'Armée rouge, capitulaient, . Cette reddition était la première de l'armée nazie depuis le début de la guerre.

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette victoire contre la puissance militaire nazie est le fruit d'une mobilisation de toute la population de cette région et pas seulement de l"Armée rouge". La mémoire de leur héroïsme est éternelle.

75 ans plus tard, Poutine, en campagne pour sa réélection, cherche à exploiter cet anniversaire historique dans un sens nationaliste et autoritaire. Il préserve d'ailleurs la mémoire de Staline. Ainsi, quelques jours avant la première du film satirique "La Mort de Staline" qui porte sur les derniers jours de la vie du dictateur, le ministère russe de la Culture en a interdit la distribution dans le pays, alors que le film est sorti  en salle en Ukraine.

Les peuples de l'URSS ont battu les nazis, malgré les énormes fautes et crimes de Staline dans la conduite de la guerre et dans la période qui l'a précédée: pacte germano-soviétique d'août 1939, purges à répétition dans l'armée, rejet des informations venant notamment de l'espion Richard Sorge sur l'imminence de l'attaque nazie de juin 1941. Staline faisait confiance à Hitler après avoir pactisé avec lui. Cela lui a permis notamment d’annexer une partie de la Pologne, partagée avec les nazis dans le cadre du pacte,  et les Etats baltes.  

Ainsi, le 22 juin 1941, malgré les alertes récurrentes données par les renseignements, l’URSS est prise au dépourvu face au lancement de l’opération BarbarossaUne grande partie de sa flotte aérienne est détruite au sol avant même que l’armée ait eu le temps de réagir. Staline met du temps avant de donner des ordres. L’armée recule très vite et énormément, payant la perte de ses dirigeants éliminés lors des grandes purges. Cette gestion de Staline est responsable de centaines de milliers de morts supplémentaires.

Malgré tout cela Stalingrad représente un tournant crucial et annonce la défaite nazie.

Mais entre-temps la Shoah déjà débutée depuis 1941, se déploiera dans les camps d'extermination et les chambres à gaz. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière