Le jour d'après de Macron est à droite, comme le jour d'avant

Ce n'est pas de premier ministre qu'il faut changer mais de politique et de président. Après avoir subi une défaite cinglante lors des municipales, Macron choisit une fois de plus de maintenir le cap à droite toute, en nommant Castex.

manifestation-retraite
Ce n'est pas de premier ministre qu'il faut changer mais de politique et de président.

Après avoir subi une défaite cinglante lors des municipales, Macron choisit une fois de plus de maintenir le cap à droite toute, en nommant Castex.

Ses premières déclarations montrent qu'a été sélectionné un sarkozyste ou si on préfère un chiraco-sarkozyste dans ce que ces deux-là ont développé de pire « Mes valeurs sont la responsabilité, la laïcité, l'autorité . Mes valeurs, c'est la responsabilité, dire qu'on ne peut pas tout attendre de l'Etat (sic), que la société n'est pas systématiquement responsable de ce qui va mal ... Mes valeurs, c'est la laïcité, je ne peux pas admettre (...) certains replis sur soi, certains communautarismes..."

Voilà ce que trouve à dire le nouveau chef du gouvernement ( ou plutôt le nouveau directeur de cabinet d'un Macron qui pense avant tout à la présidentielle)

Alors qu'on se trouve dans une situation de crise sociale gravissime avec des dizaines de milliers de licenciements, une crise sanitaire qui a montré l'importance des besoins sociaux et du service public, des scandales policiers à répétition exposant le racisme profond qui règne dans de nombreux secteurs de ce corps, Castex a recours à des "valeurs" réactionnaires et anti-sociales de débrouille individuelle qui enfoncent les plus pauvres ainsi qu'au sempiternel bouc-émissaire de "certains" communautarismes. Presque de quoi faire regretter Edouard Philippe, qui au moins nous évitait les leçons de morale à deux sous.

Macron est entièrement responsable de cette orientation de son collaborateur.

Nous savons tous que le seul moyen de battre les droites et l'extrême-droite réside dans une alternative de gauche unitaire, sociale, écologique, démocratique, antiraciste, s'appuyant sur le mouvement social. Ce sont globalement des coalitions de ce type qui ont permis de gagner des villes lors des municipales et c'est dans ce sens qu'il faut franchir des étapes et des obstacles.

Ne laissons pas Macron nous entraîner vers le chaos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.