RATP: des "privilégiés" qui souffrent.

Les salariés de la RATP sont en grève à partir de demain notamment dans les métiers dit de l'exploitation: bus, métros, trams, RER. Ces soi-disant privilégiés travaillent dans des conditions particulièrement pénibles sans être soutenus

me-tro

 

 Pour les conducteurs de métro: des heures, jours et années de conduite en tunnel en maintenant une attention continue, en craignant les incidents dont les fameux "accidents graves de voyageurs" qui désignent les suicides sur la voie.

La " fatigue du tunnel" guette en permanence. les conducteurs/trices.

Pour les conducteurs de bus, c'est la tension de la circulation notamment à Paris, la crainte des agressions verbales et physiques dont certaines laissent des séquelles post-traumatiques terribles.

Pour tous, travail de nuit, amplitude de 5h du matin à 1h30 la nuit, les WE et jours fériés. Par définition ceux qui débutent si tôt ou finissent si tard ne peuvent pas bénéficier de transports en commun. De plus comme la grande majorité des salariés, ceux et celles de la RATP habitent de plus en plus loin de leur lieu de travail.  

De plus ces dernières années, la direction de l'entreprise éjecte de nombreux salariés en cas d'inaptitude à leur poste. Les reclassements sont quasiment inexistants.

Le droit à la retraite un peu plus tôt demeure donc un des rares points qui permette de compenser la pénibilité physique et psychologique. Ceci explique l'ampleur de la mobilisation prévue le 13 septembre. Ces dernières années, l'éclatement des statuts s'est accompagnée à la RATP d'un management acharné à détruire les solidarités et les collectifs de travail. Ainsi dans le métro, règne le management "par ligne" qui vise à empêcher le sentiment pour les conducteurs/trices de constituer une communauté de travail et de revendications.

Avec ce mouvement d'ensemble un pas de plus est fait pour retrouver ce sentiment collectif. Déjà la grève du 13 septembre a surpris par son ampleur inattendue. Celle du 5 décembre et au delà s'inscrit dans la même lignée. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.