Giscard sans fard: sa face sombre occultée

il tenta d'expulser des centaines de milliers de ressortissants algériens, avait comme ministres le bourreau Papon et l'antisémite Raymond Barre, fut complaisant avec Jean-Marie Le Pen, qui salue chaleureusement sa "loyauté"

giscard-barre
La célébration de Giscard envahit l'espace médiatique. Les hommes politiques de droite et de gauche se bousculent pour célébrer le " modernisateur" du pays. Emmanuel Macron lui rend un hommage dithyrambique.

En réalité, ce conservateur bon teint craignait fortement une nouvelle grande vague sociale équivalente à mai 68. Il choisit donc de céder du terrain dans le domaine tels que l'âge du vote et les droits des femmes. Dans ce domaine il faisait face à de grandes mobilisations autour du droit à l'IVG: procès de Bobigny, Manifeste de 343 femmes, actions et manifestations du Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception; 

Mais plusieurs aspects sombres de son bilan sont délibérément passés sous silence.

Le premier est que Giscard tenta de forcer au départ des centaines de milliers d’immigrés algériens dont le séjour en France était parfaitement régulier

500 000 Algériens dans le viseur

Nous sommes au milieu des années 1970. Confrontée, à l’époque, à l’une des premières hausses importantes du chômage, la France a interrompu depuis 1974 l’immigration de nouveaux travailleurs.

Mais Giscard veut aller beaucoup plus loin. À ses yeux, il ne suffit pas de stopper les entrées. Il faut aussi renvoyer les immigrés chez eux pour pouvoir lire la suite ici http://www.memorial98.org/2020/12/giscard-la-sombre-face-de-celui-qui-voulut-expulser-des-centaines-de-milliers-de-personnes.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.