albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

648 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2019

Chronique poétique et ironique

A propos de la manifestation des "Foulards rouges", par Claude Freydefont

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle pourra être la représentativité de la France

Face à cette mascarade de guignols prétendus républicains,

Tonitruant des slogans capitalistes et anti-démocratiques ?

S’adressant avec condescendance aux Gilets Jaunes :

« Restez chez vous ou bien nous vous attendrons de pied ferme. 

Vous n’êtes que des bandes d’agitateurs de causes perdues d’avance. »

Certains foulards rouges, prompts à la détente avaient proféré des menaces claires :

« Nous allons vous transformer en gilets écarlates.

Les prophéties de Luc Ferry s’accompliront,

Tuez-les tous, Macron reconnaîtra les siens. »

Alors pourquoi continuez-vous à vous agiter en pleine lumière ?

Vous êtes des cibles faciles.

Nous visons votre déterminisme d’empêcheurs de tourner en rond.

Même si vos récriminations personnelles sont justes et légitimes, du pain et des jeux

Il y va de l’intérêt supérieur du pays.

Pourquoi bloquez-vous l’accès à nos magasins de luxe ?

Est-ce de la jalousie ?

Pourquoi vouloir à tout prix descendre dans l’arène ?

Vous n’y êtes pas préparés.

Pourquoi venir de vos campagnes déshonorer les lieux saints de nos institutions ?

Comme nous vous l’avons déjà dit, il faudrait être sourd pour ne pas entendre votre mal-être.

C’est la dure loi du marché.

Pourquoi vous rebellez-vous ?

C’est inscrit dans vos gènes, c’est votre lot que d’être soumis.

Les hauts fonctionnaires connaissent tous les rouages de la vie politique.

Vous êtes la partie immergée de l’iceberg.

Vous contribuez pleinement à l’équilibre financier de la France.

Vous ne réussirez pas à inverser la pyramide.

Vous êtes la partie sous-marine de l’édifice, la plus belle partie.

Restez à votre place.

Nous, nous avons le sens du devoir, du dévouement, de la patrie.

Nous avons besoin de vous, même avec de minimes contributions.

Nous ne sommes pas égaux.

Vous êtes les bras, nous sommes la tête.

Aidez-nous.

Quelle pourra être la représentativité de la France

Face à cette pantalonnade de dignitaires larmoyants, pathétiques et grotesques ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa