Chronique poétique et ironique

A propos de la manifestation des "Foulards rouges", par Claude Freydefont

Quelle pourra être la représentativité de la France

Face à cette mascarade de guignols prétendus républicains,

Tonitruant des slogans capitalistes et anti-démocratiques ?

 

S’adressant avec condescendance aux Gilets Jaunes :

« Restez chez vous ou bien nous vous attendrons de pied ferme. 

Vous n’êtes que des bandes d’agitateurs de causes perdues d’avance. »

Certains foulards rouges, prompts à la détente avaient proféré des menaces claires :

« Nous allons vous transformer en gilets écarlates.

Les prophéties de Luc Ferry s’accompliront,

Tuez-les tous, Macron reconnaîtra les siens. »

 

Alors pourquoi continuez-vous à vous agiter en pleine lumière ?

Vous êtes des cibles faciles.

Nous visons votre déterminisme d’empêcheurs de tourner en rond.

Même si vos récriminations personnelles sont justes et légitimes, du pain et des jeux

Il y va de l’intérêt supérieur du pays.

Pourquoi bloquez-vous l’accès à nos magasins de luxe ?

Est-ce de la jalousie ?

Pourquoi vouloir à tout prix descendre dans l’arène ?

Vous n’y êtes pas préparés.

Pourquoi venir de vos campagnes déshonorer les lieux saints de nos institutions ?

Comme nous vous l’avons déjà dit, il faudrait être sourd pour ne pas entendre votre mal-être.

C’est la dure loi du marché.

 

Pourquoi vous rebellez-vous ?

C’est inscrit dans vos gènes, c’est votre lot que d’être soumis.

Les hauts fonctionnaires connaissent tous les rouages de la vie politique.

Vous êtes la partie immergée de l’iceberg.

Vous contribuez pleinement à l’équilibre financier de la France.

Vous ne réussirez pas à inverser la pyramide.

Vous êtes la partie sous-marine de l’édifice, la plus belle partie.

Restez à votre place.

Nous, nous avons le sens du devoir, du dévouement, de la patrie.

Nous avons besoin de vous, même avec de minimes contributions.

Nous ne sommes pas égaux.

Vous êtes les bras, nous sommes la tête.

Aidez-nous.

 

Quelle pourra être la représentativité de la France

Face à cette pantalonnade de dignitaires larmoyants, pathétiques et grotesques ?

 

 







 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.