Décès du dernier survivant du «groupe Manouchian»: le Panthéon les attend

Hommage à Arsène Tchakarian, dernier survivant du «groupe Manouchian» qui vient de décéder à l'âge de 101 ans. Les combats de ces pionniers de la Résistance contre le nazisme doivent être honorés par leur entrée au Panthéon.

Les parents de Tchakarian avaient fui les persécutions des Arméniens en Turquie. Investi dans les FTP-MOI, il a pu échapper à l'arrestation et à poursuivi son activité dans la Résistance. Après la guerre, il a consacré son activité à la mémoire des résistants anti-nazis et à celle du génocide des Arméniens.

La signification de l'honneur du Panthéon serait d'autant plus forte que Missak Manouchian était un orphelin du génocide arménien. Le lien entre les génocides du 20e siècle, notamment celui des Arméniens et la Shoah, représente une raison supplémentaire de procéder à cette reconnaissance du rôle des résistants de l'Affiche rouge.

Cette décision représenterait un hommage mérité à tous les résistants anti-nazis d'origine étrangère. Ceux-ci ont souvent été les pionniers de la résistance, notamment dans le cadre des FTP-MOI (" main d’œuvre immigrée ").

Ils ont été pourchassés et assassinés par les nazis, notamment pour le groupe dit de l'Affiche Rouge, fusillés avec Manouchian le 21 février 1944 au Mont-Valérien. 

Ce geste est d'autant plus important que la mémoire de Manouchian et à travers lui de celle de ses camarades, continue d'être attaquée par les néo-nazis, comme en témoignent les nombreuses profanations de sa stèle à Marseille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.