Xavier Gorce invente une censure afin de quitter Le Monde

Il a produit un dessin, qui en référence à l’affaire Olivier Duhamel, minimise le viol incestueux et manifeste son mépris à l’encontre des personnes transgenres .

Xavier Gorce, dessinateur du Monde, quitte spectaculairement le journal et dénonce une prétendue censure.

Il a produit mardi 19 janvier un dessin en référence à l’affaire Duhamel, repris dans la « Newsletter » du journal. Un des personnages y disait ceci (ci-dessous) : « Si j’ai été abusée par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un inceste ? » Le dessin, non content de minimiser l’inceste, est également clairement méprisant à l’encontre des personnes transgenres et même transphobe.

gorce-inceste

Dans la foulée, le Monde publie un texte dans lequel la directrice de la rédaction, Caroline Monnot, présente ses excuses pour ce dessin « qui n’aurait pas dû être publié » car il « peut être lu comme une relativisation de la gravité des faits d’inceste, en des termes déplacés vis-à-vis des victimes et des personnes transgenres. » Et le journal de rappeler son engagement pour ces causes. Gorce prétend avoir été censuré mais c'est absolument faux, car son dessin est toujours présent sur le site du journal. Les accusations des défenseurs de Gorce, dont Caroline Fourest et Natacha Polony, sont donc mensongères.

Gorce prétend également avoir voulu critiquer Alain Finkielkraut (AF) par ce dessin. Ce dernier a une fois de plus minimisé, dans le cas d’Olivier Duhamel, la gravité des viols et agressions sexuelles contre des adolescentes et adolescents à peine sortis de l’enfance. C’était déjà le cas dans sa défense scandaleuse de Roman Polanski et de Gabriel Matzneff. Or Gorce se trouve en réalité sur la même ligne que AF, en minimisant et moquant la gravité des viols subis par le jumeau de Camille Kouchner. On notera que Finkielkraut est ardemment défendu par la réacosphère/fachosphère. C’est le cas par exemple de Elisabeth Lévy de Causeur ( et collaboratrice de AF dans des émissions de radio) et du fasciste William Goldnadel. Le même AF est de manière surprenante également défendu par des personnes qui se pensent sincèrement progressistes et qui sont aveuglées face à sa complaisance envers les auteurs de violence contre des adolescentes et adolescents à peine sortis de l’enfance et à son absence totale d’empathie vers les victimes de ces agressions. Gorce quant à lui est bien connu pour son orientation hostile à la lutte contre le racisme et sa stigmatisation ordurière de mouvements telles que les Gilets jaunes ( voir deux dessins parmi tant d’autres) ainsi que sa hargne contre tout ce qui apparaît à ses yeux comme trop progressiste et favorable à l’égalité des droits. 

gorce-racise
En quittant Le Monde qui ne l’a pas censuré, il trace son chemin vers une orientation encore plus réactionnaire qu’il développe déjà dans Le Point. La liberté d’expression brandie par Gorce et ses soutiens ne justifie pas les attaques systématiques contre les victimes d’agressions et contre ceux et celles qui se battent pour un monde plus juste.Notons que le Monde a déjà connu de graves problèmes avec ses dessinateurs-vedettes : Konk devenu négationniste antisémite travaillant pour Rivarol et Minute, Plantu, sexiste et islamophobe, qui se moque des déportées et des camps, Serguei qui fait de même sur le génocide des Tutsi et maintenant Gorce qui se vautre dans le mépris de victimes de viols incestueux.

 Gorce claque la porte du Monde : bon débarras !

gorce-gilets-jaunes

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.