albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

650 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye

La violence des propos contre Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La violence des propos annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême-droite multiplient les menaces et les crimes.

Après l’annonce du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne, les responsables du RN et de Reconquête ! rivalisent de postures indignées et injurieuses pour dénoncer le successeur de Blanquer (bon débarras pour ce dernier, avec son acolyte Vidal).

En cause, ses positions au sujet de divers thèmes qu’exècre l’extrême droite, des violences policières aux luttes contre les discriminations ainsi que la visibilité des minorités.

« La nomination de Pap Ndiaye, indigéniste assumé, à l’Éducation nationale est la dernière pierre de la déconstruction de notre pays, de ses valeurs et de son avenir », déclare Marine Le Pen sur Twitter, quand Jordan Bardella qualifie l’ex-directeur du musée national de l’Histoire de l’immigration de « militant racialiste et anti-flics ». Bardella, expert en "racialisme" se vautre ainsi dans l'appel à la violence.

« Emmanuel Macron avait dit qu’il fallait déconstruire l’Histoire de France. Pap Ndiaye va s’en charger », a renchéri Zemmour sur le même réseau social, alors que plusieurs de ses lieutenants et de militants sont en boucle sur le sujet. Porte-parole de Reconquête! et candidat aux législatives, Stanislas Rigault a consacré pas moins de trois tweets à cette nomination.

« Le nouveau ministre Pap Ndiaye regrette que la France ne mette pas de statue de la Liberté en France pour les migrants”, s’alarme-t-il, quand le responsable de la stratégie numérique de Zemmour se demande « combien de Français vont chercher à retirer leurs enfants de l’école publique » après cette nomination.

Une levée de boucliers qui a fait réagir le président de SOS Racisme, Dominique Sopo. « Dans le gouvernement, il y a un noir: Pap Ndiaye. A peine nommé, il voit l’extrême droite se déchaîner contre lui. Heureusement qu’il y a des noirs et des Arabes pour mettre les racistes d’accord entre eux ».

Quelle est la signification  de cette nomination de Macron après un quinquennat complet où il a laissé  Jean-Michel Blanquer à l'éducation nationale malgré les monceaux de critiques?

Un homme haineux des études de genre qui a cogné comme un sourd pendant cinq ans sur l'écriture inclusive et les chimériques "wokes" et introuvables "islamo-gauchistes". Termes qui sont les mêmes que ceux de la galaxie Zemmour.

Cet homme a passé plus de temps à cogner sur les supposées atteintes à la laïcité qu'à gérer la pandémie, qu'à négocier les salaires et des postes. Résultat, cinq ans de cette boucherie sociale donne moins d'admissibles au CAPES de maths, de lettres et autres que de postes. La honte.

C'est un gouvernement de continuité et même d'aggravation: Le Maire, Darmanin, Damien Abad...

Pompili est éjectée et la "transition écologique" confiée à deux ministres clairement libérales.

Quant à PN e deux choses l'une, soit il va repartir à l'inverse de ce qu'à fait Blanquer et bénéficie d'une rallonge budgétaire inédite et on se demandera pourquoi avoir laissé Blanquer pendant 5 ans ?

Soit, plus probablement, il apaisera l'image et le climat rue de Grenelle sans avoir tellement plus de marge financière que son prédécesseur. Si c'est le cas, cela confirmera que l'on ne change pas positivement un pays avec des « symboles ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement