albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

653 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2021

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Les victimes de Merah et le silence de la gauche.

En mémoire des quatre victimes d'Ozar Hatorah à Toulouse, le 19 mars 2012 Quelques éléments sur le silence à gauche, par le Réseau d'actions contre l'Antisémitisme et tous les Racismes (RAAR)

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déclaration du Réseau d'actions contre l'Antisémitisme et tous les Racismes ( RAAR), auquel je participe .

En mémoire des quatre victimes d'Ozar Hatorah (Toulouse 19 mars 2012) - Quelques éléments sur le silence à gauche

Vendredi 19 Mars, nous avons rappelé le souvenir de Myriam Monsonégo (8 ans), Gabriel Sandler (4 ans), Arié Sandler (5 ans), et Jonathan Sandler (30 ans), tué-es le 19 mars 2012 par Mohammed Merah devant l'école juive Ozar Hatorah à Toulouse. Nous adressons nos pensées aux victimes, ainsi qu’à leurs proches, et nous gardons la mémoire de cette tuerie antisémite.

Ce temps de la mémoire doit aussi être celui de l’analyse. A l’époque, une partie du mouvement social n’avait pas réagi face à la violence antisémite.

Nous devons nommer les mécanismes qui ont motivé ces insuffisances dans notre camp politique, afin de mieux les affronter aujourd’hui.

En 2012, le traitement médiatique du massacre minora la part d'antisémitisme dans les motivations de Merah : l’accent fut mis sur un récit présentant la tuerie comme une attaque contre « la société », en partant de l’assassinat des trois militaires Imad Ibn Ziaten, Mohamed Legouad et Loïc Liber. Face à ce récit, une partie de la gauche limita sa réaction à la dénonciation de l'instrumentalisation islamophobe de l'affaire. Elle ne réagit que très faiblement aux actes du terroriste et à l’idéologie antisémite qui les sous-tendait.

Cette partie de la gauche se montra désemparée face à l’antisémitisme d'un individu issu d’un groupe social subissant lui-même le racisme. Voyant ce phénomène comme une contradiction, elle ferma les yeux sur l’antisémitisme de Merah, car le tueur n’émanait pas de l'extrême-droite classique. Certaines organisations crurent résoudre la contradiction en interprétant les actes de Merah comme une réaction mécanique et désespérée d'un « dominé » face au racisme et à l'impérialisme français, voire à la politique sécuritaire israélienne.

En refusant de prendre en compte la centralité de l’antisémitisme dans l’idéologie et les pratiques djihadistes, certain-es acteurs-trices de la gauche se réfugièrent même dans des explications conspirationnistes, voyant dans les actes du djihadiste une manipulation des services secrets français. Cette dérive était déjà apparue lors de l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006. Elle facilita une offensive réactionnaire et islamophobe qui instrumentalisa ce qu’elle nomma la « culture de l'excuse » afin d’attaquer l'ensemble du mouvement social et alimenter les campagnes autour d'un supposé « islamo-gauchisme ». Dans un contexte où pullulent les mouvements antisémites et régressifs – de QAnon à Daesh –, et alors que l'islamophobie s'intensifie, il est plus que jamais nécessaire de rompre avec cette politique du déni face à l'antisémitisme.

C’est le sens de l’action du Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes qui réinsère la lutte contre l'antisémitisme, d'où qu'il vienne, au sein du combat antiraciste global. C’était l’objet du rassemblement le 14 février dernier en mémoire de l’assassinat d’Ilan Halimi et c’est le but que que nous poursuivrons lors de nos prochaines actions.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac