albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

637 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2011

Mémoire: la rafle méconnue du 20 août 1941 à Paris

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce jour là en plein Paris, les policiers français soutenus par les militaires allemands, arrêtent 4232 Juifs pour les envoyer vers le camp de Drancy qui vient d'ouvrir ses portes.

Le matin du 20 août 1941, des policiers français soutenus par des Allemands en uniforme ont envahi les rues du XIe arrondissement de Paris. Tous les hommes français ou étrangers sont contrôlés et les Juifs envoyés vers la place Voltaire. Toutes les entrées des stations de métro entre République et Nation sont bouclées.

Les Juifs qui étaient allé s'enregistrer au commissariat, conformément à l'ordonnance allemande du 27 septembre 1940 publiée en zone occupée, stipulant que « toute personne juive devra se présenter jusqu'au 20 octobre auprès du sous-préfet de l'arrondissement dans lequel elle a son domicile habituel pour se faire inscrire sur un registre spécial » ont déjà été appréhendés directement chez eux.

Même sort pour ceux qui étaient « connus » comme faisant partie des familles juives du quartier, même non répertoriées. Les femmes sont épargnées et personne ne sait où sont emmenés les Juifs. Cette rafle « surprise », contrairement à celle qui l'a précédé le 14 mai, utilise comme prétexte un simple contrôle d'identité à la préfecture de Police.

Les 4232 personnes arrêtées ont toutes été conduites dans des autobus de la régie des transports parisiens, de la place Voltaire, en direction du camp de Drancy, « inauguré » à cette occasion. Aucune différence n'est faite entre citoyens français et étrangers.

Du jour de son ouverture le 20 août 1941 jusqu'à sa libération le 18 août 1944, plus de 70.000 Juifs, dont 11.000 enfants (le plus jeune ayant 15 jours) ont transité par Drancy avant d'être déportés à Auschwitz.

Seuls 2.500 d'entre eux ont survécu.

Ces premières rafles avaient sans doute pour but de fournir de la main d'œuvre aux nazis. et c'est ce qui explique que beaucoup des Juifs qui en ont fait partie furent libérés En effet, la rafle ayant été faite de manière systématique, une majorité de cette main d'œuvre était inadaptée aux travaux que les nazis prévoyaient en raison de la malnutrition et des maladies. Certains furent donc libérés assez rapidement (malades, handicapés, vieillards...),

À partir de Mars 1942 le camp de Drancy devient un camp de transit dont la population était tout simplement redirigée vers les camps, afin d'y être exterminée.

Cette rafle d'août 1941 a eu lieu onze mois avant celle du Vel d'Hiv de Juillet 1942 (voir Vel d'Hiv: le document.)

Souvent absente des manuels d'histoire, elle est le résultat du zèle du gouvernement de l'État français dirigé alors par le maréchal Pétain. En effet, le gouvernement de Pétain est allé au-delà des directives de l'ordonnance allemande du 27 septembre 1940 en promulguant le 4 octobre 1940 (J.O du 18 octobre 1940) le premier Statut des Juifs (voir Antisémitisme: le double anniversaire du 3 Octobre)

À la même date, la machine d'extermination nazie est déjà intensément à l'œuvre en Europe de l'Est ; ainsi le même 20 août 1941 :

- La Gestapo assassine 350 Juifs de Koretz (Ukraine).

- Après l'entrée des nazis à Minsk (Biélorussie), où vivent 60000 juifs, un ghetto est créé.

- Après la déportation des 3 000 juifs du Banat à Tasmajdan, près de Belgrade, les nazis déclarent le Banat yougoslave, situé entre la rivière Tisa (Theiss), à l'ouest, et la frontière roumaine, à l'est, « purifié de ses juifs ».

- Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 997 juifs à destination du camp de concentration de Theresienstadt (Tchécoslovaquie).

- Début de la déportation des juifs de Radzin (province de Lublin) au camp d'extermination de Treblinka.

- 8000 Juifs de Falenica sont déportés en trois jours au camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

- 2000 Juifs de Rembertov (Varsovie) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka. Tous sont tués par les SS.

- Durant quatre jours à compter du 21, 21 000 Juifs sont déportés du ghetto de Kielce (Pologne) au camp d'extermination de Treblinka. Le ghetto se trouve ainsi pratiquement liquidé. Les 2000 juifs restants sont regroupés dans un camp de travail forcé.

- Un convoi de 1 000 Juifs, hommes et femmes, quitte le ghetto de Theresienstadt en direction de l'Est. Sa destination reste encore inconnue, car on ne signale aucun survivant. Il semble que les déportés furent assassinés dans la région de Minsk (Biélorussie) par les SS.

Souvenons nous !

(voir aussi

Déchéance de la nationalité : quand Pétain sévissait

Allez voir la Rafle!

Sarkozy boycotte le 8 Mai

Sarkozy jette aux orties la reconnaissance de la participation de la France à la Shoah

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B