Masques gratuits pour les enfants!

A une semaine du retour en classe, les déclarations et prises de positions d'officiels ajoutent aux inquiétudes compréhensibles des enfants, parents et enseignants.

enfant-masque
Confusion autour de la rentrée scolaire, en période de poussée de la pandémie Covid.

A une semaine du retour en classe, les déclarations et prises de positions d'officiels ajoutent aux inquiétudes compréhensibles des enfants, parents et enseignants.

C'est d'abord Blanquer qui a provoqué cette confusion en rejetant la gratuité des masques pour les élèves et en les assimilant à "des fournitures scolaires" comme des trousses. Il a comme d’habitude multiplié les déclarations péremptoires et autoritaires mais néanmoins contradictoires sur le port du masque par les enseignants avec des distances fluctuantes selon les jours.

Selon lui les enseignants de maternelle n'auraient pas d'obligation de port du masque mais une simple recommandation.

Puis vient une déclaration assez étrange et désinvolte du Pr Delfraissy président du Conseil scientifique: "il y aura des contaminations à l’école, des enfants vont se contaminer, probablement quelques enseignants aussi mais on va le gérer", assure-t- il ce 24 aout août (sur Franceinfo) le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy. Il juge malgré tout "fondamental que l’école reprenne. On ne peut pas laisser cette génération d’enfants sans reprendre". 

Malgré l'épidémie de coronavirus qui a tendance à repartir à la hausse, cette reprise de l’école est selon lui encouragée par les "connaissances acquises sur la circulation du virus chez l’enfant. Les enfants sont porteurs du virus, mais en petite quantité"

Mais ensuite, il évoque des potentiels clusters dans des classes. 

Il prévoit que la la rentrée scolaire s’accompagnera de contaminations et, selon lui, "d’écoles clusters, peut-être de classes clusters. Dans ce cas, on peut fermer la classe. Fermer l’école, il faudra bien y réfléchir. Cela va dépendre de l’environnement autour de l’école en général" Ce propos vague et technique ne peut qu'ajouter au malaise et à l'inquiétude. Notons cependant que le Pr Delfaraissy contredit Blanquer sur les masques en préconisant la gratuité pour les élèves. C'est sans doute sur ce point que la réflexion doit avancer.

Le port du masques par les enfants à partir de la maternelle ou à la limite de l'école primaire est tout à fait possible à condition qu'il soit expliqué et accompagné. C'est déjà le cas en à 2 ans en Corée du Sud, à 3 ans en Chine et à 6 ans en Allemagne et Espagne. L’Organisation mondiale de la santé et l’Unicef estiment, pour leur part, que les enfants de moins de 5 ans ne devraient pas être tenus de porter un masque. Et qu’entre 6 et 11 ans, tout dépend d’un certain nombre de facteurs : intensité de l’épidémie, surveillance d’un adulte, etc.

L'épidémiologiste Antoine Flahault a raison de se prononcer en faveur d’un abaissement de la limite d’âge à 3 ans, y voyant une "mesure d’apaisement".

"C’est une mesure de nature à rassurer les parents et les enseignants et de diminuer le risque de cluster sans courir derrière l’épidémie", a-t-il plaidé. Selon lui, le port du masque pourrait prévenir d’éventuels cas de Covid-19 et ainsi empêcher les écoles de fermer.

Tout ceci doit être discuté très rapidemment avec les syndicats d'enseignants et les associations de parents d'élèves afin que la rentrée ne tourne pas au cauchemar.

Plus que jamais nous demandons la gratuité générale des masques qui constituent le seul moyen de protection contre la diffusion du coronavirus; signez et diffusez la pétition que j'ai pris l’initiative de lancer https://www.change.org/p/emmanuel-macron-des-masques-gratuits-et-disponibles-pour-tous

masques-gratuits-bis

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.