albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

647 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2010

Copé exploite la Shoah

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les dirigeants de la droite n'hésitent jamais à exploiter les références au fascisme et à la Shoah pour protéger leurs turpitudes. L'affaire Woerth l'a abondamment démontré.

Une nouvelle fois un dirigeant UMP a recours à cette imagerie.

Mis en cause par un livre de Martin Hirsch à propos de ses conflits financiers d'intérêts ( il est avocat d'affaires en même temps que député, maire...) JF. Copé, président du groupe parlementaire UMP a répliqué le 26 septembre en traçant un parallèle entre cette mise en cause et la dénonciation des Juifs pendant la guerre.

Il ainsi déclaré:«...Il se trouve que Martin Hirsch et moi nous avons un point commun que nous avons découvert en parlant : ses parents, comme mon père pendant la guerre, ont été sauvés par des Justes.... Quand on a cette culture familiale, je ne dis pas que cela commande des obligations... Je dis simplement que l'on ne peut pas vivre les choses de la même manière... En lisant ce livre, je me suis demandé si, sans peut-être s'en rendre compte, il se livrait à un exercice de délation, qui n'est pas tout à fait à l'honneur de quelqu'un qui a sa qualité"

Ainsi selon Copé, Martin Hirsch lui-même d'origine juive, agirait comme un de ces délateurs qui dénonçaient les Juifs aux nazis.

Copé est un récidiviste. Dans l'affaire Woerth, il avait assimilé Ségolène Royal au Front National pour avoir osé évoquer la corruption du régime Sarkozy (voir Woerth, Copé et le Front National : décryptage http://memorial98.over-blog.com/article-woerth-cope-et-le-front-national-decryptage-53282554.html) .

En comparant une polémique sur les conflits d'intérêts et la situation durant la 2e guerre mondiale, Copé banalise et salit la Shoah.

Il suit ainsi l'exemple de Sarkozy et de Mme Bruni-Sarkozy qui ont initié cette exploitation de la Shoah à des fins d'intimidation de la presse et de défense des patrons face à l'administration fiscale comparée au régime de Vichy (voir Sarkozy et la presse "collaborationniste": un recyclage http://memorial98.over-blog.com/article-sarkozy-et-la-presse-collaborationniste-un-recyclage-53692953.html)

La violence de son attaque contre Martin Hirsch constitue aussi un calcul. Il s'agit d'une part de briser toute contestation qui pourrait se placer en travers de son ascension comme futur chef de la droite ; d'autre part Martin Hirsch est, de notoriété publique, haï par la fraction la plus droitière de l'UMP, qui lui reproche son orientation de centre-gauche et les mesures sociales qu'il a mis en œuvre, tel le RSA.

Or Copé se positionne comme dirigeant porte-parole de cette mouvance de la droite dure.

Il a récemment bâti son audience au sein de l'UMP à travers la campagne contre la burqua, appelle à remettre en cause les 35h, défend ardemment les projets sécuritaires du gouvernement et a bien sûr hurlé à l'amalgame face aux références comparant la traque des Roms et la politique de Vichy.

Il a aussi recruté dans son club « Génération France » un symbole de la collaboration directe avec le Front National, le sénateur de la Lozère Jacques Blanc.

Celui-ci a fait alliance avec le Front National, lors des régionales de 1998.

Suite à un accord en bonne due forme, Blanc avait été élu président de la région Languedoc-Roussillon et a géré la région avec l'extrême droite pendant toute la durée de la mandature, jusqu'en 2004.( voir Succès du Front National: quelles conséquences? http://memorial98.over-blog.com/article-succes-du-front-national-quelles-consequences-47142114.html)

L'histoire familiale de Copé, si complaisamment mise en avant, ne semble pas lui inspirer de réticence face à un personnage allié d'un parti antisémite et négationniste.

Une autre de ses recrues est C.Goasguen qui a lui aussi récemment manipulé le symbole de l'étoile jaune pour défendre l'entre-soi des habitants du 16eme arrondissement de Paris (voir Qui manipule l'étoile jaune ? http://memorial98.over-blog.com/article-qui-manipule-l-etoile-jaune-54081543.html)

Parmi les dirigeants de la droite, la course à la brutalité et à la transgression est largement ouverte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart