Ai-je raison de voter le 12 décembre ?

Beaucoup de choses ont été dites à propos des élections présidentielles algériennes qui auront lieu le 12 décembre 2019. D'aucuns croient savoir qu'elles n'auront jamais lieu, d'autres estiment qu'elles sont le prélude d’un nouvel air de prospérité et de démocratie réelle. Les défaitistes ou encore les plus alarmistes imaginent des scénarii-catastrophiques où le sang coulera à flots.
Qu'on est-il réellement  de toutes ces appréhensions ?

Voter ou ne pas voter telle est la question. Y'a t'il pour l'Algérie plus important que ces élections ? Oui diraient certains nihilistes en manque de sensations fortes, adeptes de l'américain Gene Sharp, inspirateur des révolutions dites non violentes, qui ont ravagé moult pays naguère stables et prospères dont certains pays arabes. Ces crypto-anarchistes de malheur ont opté pour la solution finale et pas la moindre, le refus de toute solution à la crise politique que traverse le pays ; une velléité de le fragmenter pour permettre sa désintégration au profit de forces occultes.

Le salut du pays et du peuple algérien ne réside pas dans des slogans pernicieux et provocateurs de dissensions tels que " Non au vote - Ils partent tous".

La sécurité nationale et le devenir d’une Algérie martyrisée, violée et assassinée par un terrorisme atroce et un règne inique et sans partage d'une mafia politicofinancière qui a profané la mémoire de toute une nation, exigent un minimum de compromis de par et d'autre. Certes, non à des élections présidentielles truqués qui permettraient au gang de renaître de ses cendres et de se régénérer, mais oui pour des élections démocratiques qui permettront au peuple de retrouver ses repaires, qui permettront au pays de retrouver de nouveau le concert des nations fier et uni.Le chef suprême de l'armée, le général de corps d'armée, Gaid Salah,  qui a été constamment à l'écoute des revendications du "Hirak", s'est engagé personnellement et à travers lui l'armée entière  à s’acquitter de son devoir envers la nation, conformément aux missions constitutionnelles qui lui dictent l’impératif d’entreprendre toutes les mesures relatives à la sécurité des citoyens et de leur assurer toutes les garanties pour  que les élections présidentielles se déroulent démocratiquement, en toute liberté et transparence.
Cette noble démarche de l'armée algérienne atteste encore une fois qu'elle a non seulement transcendé la chose politique, mais qu'elle est également foncièrement une armée imprégnée des valeurs républicaines, qui veut accompagner le peuple dans sa quête de la liberté.

Le général de corps d’armée Gaid Salah a jusqu'à présent tenu toutes les promesses faites au peuple depuis le départ du gang, notamment en ce qui concerne la non utilisation de la violence ou l’effusion du sang des algériens.

Une armée, qui refuse la confiscation de la volonté populaire au profit de la (Issaba) et veut accompagner jusqu’au bout le processus démocratique, mérite d’être respectée et écoutée.

 Oui je Voterai pour faire taire toutes les voix négationnistes de la discorde et faire honneur à mon pays.

 Albert Farhat

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.